Le ministre de l’Intérieur libyen survit à une tentative d’assassinat

Le ministre de l’Intérieur libyen, Fathi Bachagha, est sorti indemne dimanche d’une tentative d’assassinat près de Tripoli, faisant craindre une reprise des violences en plein effort pour une transition politique dans un pays miné par les luttes d’influence et le poids des milices.

Fathi Bachagha revenait d’une visite de routine au siège d’une nouvelle unité de sécurité qui dépend de son ministère, le convoi de Fathi Bachagha a été la cible de balles tirées à partir d’une voiture blindée à Janzour, à une douzaine de kilomètres de Tripoli. «L’escorte de police qui suivait le ministre a riposté. Deux des assaillants ont été arrêtés, le troisième est à l’hôpital. Le ministre va bien», selon une source.

M. Bachagha fait partie du Gouvernement d’union nationale (GNA) sortant de Fayez al-Sarraj, basé à Tripoli et reconnu par l’ONU. Il était fortement pressenti pour le poste de Premier ministre par intérim, finalement revenu le 5 février à Abdel Hamid Dbeibah, dans le cadre d’un processus politique parrainé par l’ONU.

“Le ministre de l’Intérieur libyen, Fathi Bachagha, a été la cible d’une tentative d’assassinat dimanche à 15H alors qu’il retournait à sa résidence à Janzour”, une ville située à une dizaine de kilomètres de Tripoli, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Selon un membre de l’entourage du ministre, “deux des assaillants ont été arrêtés, le troisième, Radwan Al-Hangari, a succombé à ses blessures”.

L’ambassadeur des Etats-Unis, Richard Norland, a exprimé son “indignation” après l’attaque et affirmé dans un entretien téléphonique avec le ministre libyen “le soutien complet” de son pays aux efforts de M. Bachagha pour “mettre un terme à l’influence des milices”, selon un communiqué de l’ambassade.

Désigné en 2018 ministre de l’Intérieur, ce cacique de 58 ans a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille. Il mène aussi une campagne pour réduire l’influence des milices qui résistent à l’autorité de l’Etat, offrant notamment des stages de formation aux miliciens ayant accepté d’intégrer les forces de l’ordre.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page