Le président tunisien met en garde contre toute tentative d’exploitation de la constitution

Le président tunisien met en garde contre les partis tentant d’utiliser la constitution à leur avantage, travaillant dans l’ombre et modifiant leurs positions en fonction de leurs intérêts.

Le président tunisien Kais Saied a déclaré aujourd’hui, qu’il était resté silencieux sur de nombreuses transgressions à la fois, et quiconque pense qu’il est le chef d’une institution ou le chef de l’Etat se trompe, se référant au président du Parlement Rached Ghannouchi.

Il a également ajouté : Je sais qui remue la rue et crée des crises, et je ne laisserai pas tomber l’État , notant que le parquet devait agir contre les exactions qui ont touché le chef de l’État.

Il a ajouté qu’il y a des partis qui ont essayé d’utiliser la constitution à leur avantage, se référant aux partis travaillant dans les coulisses et changeant leurs positions en fonction de leurs intérêts.

Quant aux scènes de coups et de traînage d’un jeune homme sur l’autoroute par des policiers, qui ont provoqué une colère généralisée en Tunisie, le président tunisien a fait part au Premier ministre Hichem Mechichi de son mécontentement face aux transgressions qui menacent l’unité de l’État. .

Il a affirmé que l’Etat tunisien est un et que la constitution lui donne le devoir de le préserver, soulignant que “Personne n’est au dessus des lois”.

Il a également souligné qu’il n’y a pas de place pour qu’une position soit exploitée pour en faire un centre de pouvoir ou de pression pour frapper l’unité du pays, selon ce qu’a annoncé la présidence.

Cela s’est produit dans le contexte d’un jeune homme battu, déshabillé et traîné sur la voie publique par des policiers dans la périphérie de la capitale.

Depuis mercredi soir, des sites de réseaux sociaux diffusent un clip vidéo, documentant une violente attaque contre un jeune homme par des agents de sécurité dans la zone de Sidi Hussein Al-Sejoumi. Devant des passants, qui ont élevé la voix pour arrêter de le frapper.

Lors de la séance plénière du Parlement tunisien, jeudi, plusieurs députés ont condamné l’incident, qualifiant la scène de “choquant et offensant pour l’image du pays”, appelant les autorités judiciaires à ouvrir une enquête.

Jeudi soir, le quartier de Sidi Husein al-Sejoumi a été le théâtre d’affrontements entre manifestants et forces de sécurité pour la troisième nuit consécutive, au cours desquels la police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page