Les États-Unis envisagent de soutenir à l’armée turque à Idlib

L’envoyé spécial du département d’État américain pour la Syrie, James Jeffrey, a déclaré que son pays envisageait de soutenir l’armée turque à Idlib en fournissant des renseignements et du matériel militaire.

“Les États-Unis envisagent des moyens de fournir un soutien à la Turquie à Idlib au sein de l’OTAN, et la priorité ici est de fournir à l’armée turque des renseignements et du matériel militaire”, a déclaré Jeffrey jeudi dans une interview télévisée lors de sa visite actuelle en Turquie.

L’émissaire américain a souligné que le discours n’est pas encore sur le soutien à Ankara en envoyant des troupes américaines dans la zone de conflit.

Geoffrey a exclu la possibilité d’un conflit à grande échelle en Syrie avec la participation des États-Unis, de la Turquie, de la Russie et d’Israel, affirmant que ces “grands acteurs” sont très prudents dans leurs mouvements.

L’émissaire américain a noté que Washington et Ankara étaient d’accord sur plusieurs points sur Idlib, soulignant “le droit de la Turquie à protéger sa sécurité et ses frontières”.

La visite de Geoffrey à Ankara s’inscrit dans le contexte d’une récente escalade militaire dans le nord de la Syrie, au cours de laquelle un certain nombre de soldats de l’armée turque ont été tués et blessés par des bombardements syriens, après que la Turquie a introduit des renforts militaires à Idlib en même temps que les forces de l’armée syrienne avançaient dans la région.

La province d’Idlib et l’ouest d’Alep ont été témoins d’un conflit ou d’un test de force entre la Russie et la Turquie qui s’est récemment intensifié à la suite de l’échec des négociations entre les deux parties, dans le but de calmer la situation sur le terrain entre les forces de l’armée syrienne et les factions extrémistes soutenues par Ankara dans le nord-ouest de la Syrie.

Suite aux propos du chef du régime turc, Recep Tayyip Erdogan, publiés mercredi dernier, dans lesquels il menaçait d’une attaque fin février à moins que les forces de l’armée syrienne ne se retirent. Il a déclaré que la Turquie était déterminée à maintenir les forces du régime syrien derrière les postes de surveillance turcs à Idlib d’ici la fin du mois de février, soulignant que son pays ferait tout ce qu’il faut, y compris l’utilisation de moyens terrestres et aériens.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer