Libération des prisonniers aux Philippines et en Inde en raison du coronavirus

Quelque 10.000 détenus ont été libérés aux Philippines pour tenter d’enrayer la propagation du nouveau coronavirus dans les prisons surpeuplées du pays, a annoncé la Cour suprême samedi.
“La Cour est tout à fait consciente du surpeuplement de nos prisons”, a déclaré à la presse Mario Victor Leonen, magistrat de la Cour suprême, en annonçant la libération de 9.731 prisonniers, qui attendent leur procès en prison faute de pouvoir payer leur caution.

L’émergence de cas de maladie Covid-19 a été signalée dans certaines des prisons les plus surpeuplées du pays, à la fois chez des détenus et au sein du personnel pénitentiaire.
La distanciation sociale est quasi-impossible dans les établissements pénitentiaires philippins, dans lesquels les cellules accueillent parfois jusqu’à cinq fois plus de détenus que prévu, en raison d’infrastructures inadaptées et d’un système judiciaire lent et surchargé.
La surpopulation dans les prisons s’est aggravée depuis l’arrivée au pouvoir en 2016 du président Rodrigo Dutertre et sa croisade contre le trafic de drogue qui a jeté des milliers de personnes en prison.

Parmi les prisons ayant fait état de cas de Covid-19, figure la Prison municipale de Quezon, dans la capitale Manille, un établissement tellement surpeuplé que les détenus dorment à tour de rôle sur des escaliers ou des terrains de basketball en extérieur.
Les cas les plus nombreux ont été recensés dans deux prisons de l’île de Cebu, au centre de l’archipel, qui comptaient vendredi un total de 348 infections sur plus de 8.000 détenus.
Tous ces cas ont poussé les groupes de défense des droits humains à appeler à la libération anticipée de détenus accusés d’infractions non violentes, ainsi que des prisonniers malades et de ceux âgés.
Les Philippines ont fait état de 9.000 cas recensés de Covid-19, dont 603 mortels, sur leur territoire.

Dans le même contexte, les autorités indiennes ont libéré des milliers de prisonniers en détention provisoire, en libération conditionnelle à la suite de l’apparition du Coronavirus dans des prisons indiennes surpeuplées.
La libération conditionnelle des détenus est intervenue parce que les experts de la santé craignaient que les installations étroites fonctionnent comme un terrain fertile pour la propagation du virus Corona naissant.
Bien qu’il n’y ait pas de chiffres officiels sur le nombre de prisonniers qui ont contracté la maladie de Covid-19 dans le pays, les prisons indiennes signalent davantage de cas de coronavirus, ce qui a incité les autorités à interdire temporairement à des parents et amis de rendre visite aux prisonniers.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer