<link rel="stylesheet" id="jazeera-css" href="//www.fontstatic.com/f=jazeera" type="text/css" media="all">

L’UE et la Russie ont soutenu l’OMS après les menaces du Trump

La Commission européenne et la Russie ont soutenu mardi l’OMS après les menaces du président américain Donald Trump de couper les vivres à cette organisation, dont il a maintes fois critiqué la gestion de la crise du coronavirus.

“C’est le moment où il faut faire preuve de solidarité, et non pas montrer du doigt ou saper la coopération multilatérale”, a déclaré une porte-parole de la Commission européenne, Virginie Battu, questionnée lors d’un point presse à Bruxelles sur les dernières déclarations de Trump sur l’OMS. “L’UE soutient la coopération internationale pendant cette crise”, a-t-elle dit, soulignant que “les efforts multilatéraux étaient les seules options viables pour gagner cette bataille”.

Après presque quinze heures de vidéoconférence, répartis sur deux jours, entre 194 Etats membres, les applaudissements ne sont pas surjoués. Jusqu’au bout, personne ne savait vraiment si les États-Unis allaient bloquer l’adoption du texte. Il demande aux États et aux groupes pharmaceutiques de tout faire pour rendre accessible au plus grand nombre les futurs traitements contre le Covid-19. Washington s’est désolidarisé de ce paragraphe, comme le lui autorisent les règles de l’OMS.
Les États-Unis se sont en revanche félicité du lancement d’une évaluation indépendante de l’action de l’OMS pendant la crise.

De son côté, la Russie a dénoncé mardi des tentatives américaines de “casser” l’Organisation mondiale de la santé. “Nous sommes contre une casse (de l’OMS), qui irait dans le sens des intérêts politiques ou géopolitiques d’un seul Etat, autrement dit les Etats-Unis”, a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov, cité par les agences de presse russes. M. Trump reproche à l’OMS d’avoir ignoré des rapports sur l’émergence du virus, datant selon lui de décembre, et d’être trop indulgente avec les autorités chinoises dans leur gestion de la pandémie de Covid-19. Le président américain avait déjà suspendu mi-avril le financement américain de l’OMS et a menacé lundi de le geler indéfiniment si l’agence onusienne ne s’engageait pas à des “améliorations notables” dans un délai de 30 jours.

par: Arab Observer

Tags
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Optimized with PageSpeed Ninja