L’Union européenne appelle Washington à reconsidérer sa décision

L’Union européenne a appelé, samedi, Washington à reconsidérer sa décision de rompre avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle appelle à la solidarité face au Covid-19 qui poursuit sa marche macabre même si le déconfinement se poursuit, surtout en Europe.
Au lendemain de l’annonce par Donald Trump de la fin de relation des États-Unis avec l’OMS, l’Union européenne (UE) a appelé Washington, samedi 30 mai à reconsidérer sa position.

“La coopération et la solidarité mondiales par le biais d’efforts multilatéraux sont les seuls moyens efficaces et viables de gagner cette bataille à laquelle le monde est confronté”, ont déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell.

Vendredi, le président américain qui avait déjà suspendu en avril la contribution financière accordée par son pays à l’OMS – a mis à exécution sa menace de rompre avec l’agence onusienne, qu’il accuse depuis le début de la pandémie de complaisance avec la Chine, où le coronavirus est apparu en décembre avant de se répandre à travers la planète.

“La Chine a un contrôle total sur l’Organisation mondiale de la santé, même si elle ne paie que 40 millions de dollars par an, par rapport à ce que les États-Unis ont payé, qui représente environ 450 millions de dollars par an”, a estimé vendredi Donald Trump. “Nous avons détaillé les réformes qu’elle doit faire et nous sommes engagés directement avec eux, mais ils ont refusé d’agir”.

Puis le président américain a déclaré : “Parce qu’ils ont échoué à faire les réformes nécessaires et requises, nous allons mettre fin aujourd’hui à notre relation avec l’Organisation mondiale de la santé et rediriger ces fonds vers d’autres besoins de santé publique urgents et mondiaux qui le méritent”.

Cette annonce de Donald Trump intervient alors que le Covid-19 poursuit toujours sa marche macabre, notamment en Amérique latine nouvel épicentre de la pandémie, selon l’OMS.

Le Brésil, où la situation s’aggrave, est devenu avec 27 878 décès le cinquième pays le plus endeuillé au monde, derrière les États-Unis (102 836), le Royaume-Uni (38 161), l’Italie (33 229), la France (28 714), et devant l’Espagne (27 121). Des scientifiques estiment toutefois que les chiffres réels brésiliens sont vraisemblablement bien pires.

La pandémie a fait au moins 364 362 morts dans le monde depuis son apparition, selon le dernier bilan à partir de sources officielles. Près de six millions de cas ont été diagnostiqués dans 196 pays et territoires.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer