La milice Al-Sarraj à Tripoli a enlevé 60 migrants

Les milices armées libyennes affiliées au gouvernement d’Al-Sarraj ont enlevé près de 60 migrants, dont 24 enfants, dans des conditions «épouvantables» après leur enlèvement il y a plus de deux semaines, selon Médecins sans frontières rapporté samedi.

Selon Médecins sans frontières, des hommes armés masqués ont enlevé les migrants le 28 septembre dans la ville d’Ajilat, à environ 80 kilomètres à l’ouest de Tripoli.

L’organisation a déclaré dans un communiqué que des milices armées avaient initialement détenu environ 350 immigrants, la plupart originaires d’Afrique de l’Ouest, mais que la plupart des migrants avaient réussi à s’échapper, tandis que d’autres avaient été libérés.

L’organisation a indiqué qu’elle avait informé l’Agence gouvernementale libyenne de lutte contre les migrations illégales deux jours après l’enlèvement, puis s’était rendue dans l’entrepôt où les migrants étaient détenus.

«Nous avons trouvé plus de 350 femmes, enfants et hommes endormis par terre dans des conditions de vie horribles sans accès à l’eau, aux douches ou aux toilettes», a déclaré le chef de la mission MSF en Libye, Guillaume Bari.

L’organisation a indiqué que les milices libyennes avaient volé des objets de valeur et des documents d’identité aux migrants, avant de les transporter dans un entrepôt gardé par des hommes armés dans la ville côtière voisine de Sabratha, qui est le plus grand point de départ des migrants africains qui effectuent un dangereux voyage à travers la Méditerranée.

L’organisation basée en Suisse a ajouté que les otages restants sont détenus par des milices dans une ancienne base militaire.

Deux résidents de Sabratha et un migrant ont déclaré que la plupart des militants appartenaient à une milice connue sous le nom de «al-Amo», que le Groupe d’experts de l’ONU sur la Libye a identifié en 2017 comme un intermédiaire majeur dans la traite des êtres humains.

Un migrant a déclaré que les miliciens cherchaient probablement à verser une rançon aux familles des migrants détenus ou à les vendre à d’autres commerçants.

“Al-Amo” et d’autres milices appelées “Brigade 48” sont dirigées par deux frères de la grande famille Dabbashi de la région, et les deux groupes armés appartiennent au gouvernement Fayez al-Sarraj à Tripoli.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page