<link rel="stylesheet" id="jazeera-css" href="//www.fontstatic.com/f=jazeera" type="text/css" media="all">

Mitsotakis: La Grèce utilisera son droit de veto si les accords turco-libyens ne sont pas annulés au sommet de Berlin

Le Premier ministre grec Mitsotakis a averti jeudi que la Grèce mettrait son veto au sein de l’Union européenne à tout accord de paix en Libye si les accords Ankara-Tripoli ne sont pas annulés. Il a aussi déclaré qu’exclure la Grèce de la conférence de Berlin était “une erreur”.

Le Premier ministre grec Mitsotakis a regretté que la Grèce n’ait pas été invitée au sommet de Berlin sur la Libye, et a déclaré que son pays considérait un facteur de stabilité, avertissant que la Grèce n’accepterait aucune décision politique en Libye sans tenir compte de ses exigences.

Il avait envoyé des lettres à tous ses collègues de l’Union européenne, au président de la Commission européenne et au président du Conseil européen, et s’entretiendrait vendredi par téléphone avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Par ailleurs, Athènes s’oppose aux accords conclus le 27 novembre par le chef du Gouvernement d’union nationale (GNA), Fayez al-Sarraj, et par le président turc Recep Tayyip Erdogan, principal soutien de M. Sarraj face au maréchal Haftar.
Ces accords permettent à la Turquie de faire valoir des droits sur de vastes zones en Méditerranée orientale. M. Erdogan a déclaré jeudi que son pays allait commencer “dès que possible” à faire des forages dans ces zones contestées riches en hydrocarbures.
Dans un communiqué commun publié il y a une semaine, Chypre, l’Egypte, la France et la Grèce ont jugé ces accords “nuls et non avenus”.
Athènes a cherché à renforcer ses liens avec le maréchal Haftar, que le ministre grec des Affaires étrangères a rencontré le mois dernier dans son fief de Benghazi, dans l’est de la Libye.

Mitsotakis a ajouté: “Je veux être très clair dans ma position, la Grèce au sommet des dirigeants européens n’acceptera aucune décision politique sur la Libye, si elle n’inclut pas l’annulation de ces accords. Je vais dis-le plus simple. Nous utiliserons son droit de veto lorsque la question sera portée au sommet », soulignant que la Turquie est isolée, alors que son pays a de solides alliés.

Tags
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Optimized with PageSpeed Ninja