Tunisie: Une manifestation appelant à la destitution du mouvement Ennahdha du pouvoir

Un groupe de jeunes activistes de la société civile et de politiciens d’indépendants ont organisé ce mardi un rassemblement de protestation devant le siège du gouvernorat de Sfax pour dénoncer la répression policière contre les manifestations, et appellent de retirer du pouvoir le mouvement Ennahdha, et le tenir responsable de la gamme des crimes terroristes qu’il a commis.

Les manifestants ont scandé des slogans contre les gouvernant, soulignant que la rue appartient au peuple tout comme ils ont fustigé le président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi l’accusant d’être “un assassin”, tout comme Hichem Mechichi, le chef du gouvernement .

Le député de gauche, Mongi Rahoui, a déclaré que le mouvement Ennahdha est la principale cause de la faiblesse économique que le pays a connue ces dernières années.

Jilani Hammami secrétaire général du Parti des travailleurs tunisiens, a accusé les partis des Frères musulmans d’exploiter des manifestations pacifiques pour mettre en œuvre des plans agressifs contre le peuple, et a estimé que le gouvernement meshchite était indulgent avec les organisations des Frères musulmans contre les intérêts du peuple tunisien.

Les protestataires ont condamné les politiques de marginalisation économique et sociale, assurant leur droit à défendre leurs droits et libertés et d’avoir un emploi.

Il ont fustigé le gouvernement pour l’utilisation excessive de la force contre les mouvements populaires pacifiques et les attaques répétées contre les citoyens, en plus des restrictions des droits et les libertés.

Sur les plateformes de médias sociaux, des hommes politiques et des militants se sont échangés des accusations d’incitation à la violence, à l’émeute et aux manifestations nocturnes dans plusieurs régions du pays.

Plusieurs gouvernorats tunisiens sont, depuis jeudi, le théâtre de manifestations nocturnes, entrecoupées d’affrontements avec les forces de l’ordre, ceci ayant coïncidé avec l’entrée en vigueur d’un couvre-feu nocturne dans le cadre des mesures anti-coronavirus.

Le ministère tunisien de l’intérieur a annoncé hier, lundi, l’arrestation de 632 individus qui ont pris part à des “émeutes” dans la capitale et dans d’autres régions, au cours des quatre derniers jours.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page