Tigré: L’Ethiopie accorde un accès humanitaire aux Nations unies

Le gouvernement éthiopien a accordé aux Nations unies un accès humanitaire à la région septentrionale du Tigré, à l’issue de quatre semaines de conflit armé et de demandes répétées pour y acheminer de l’aide.
Selon les agences onusiennes, des dizaines, voire des centaines de milliers de civils ont besoin d’aide et d’assistance. Mais le feu vert du gouvernement central reste limité.

Malgré la signature de l’accord, aucune date n’est encore prévue pour le premier convoi. Des camions remplis de médicaments et de nourriture sont d’ores et déjà prêts à prendre la route depuis Addis Abeba, la capitale de l’Ethiopie, vers le Tigré, à 700 kilomètres plus au nord.

Pour le moment, l’accord signé permet aux Nations unies de se rendre uniquement dans les zones sous contrôle gouvernemental, mais ce n’est pas suffisant, selon Saviano Abreu, du bureau des affaires humanitaires de l’ONU, interrogé dans La Matinale: “Nous travaillons dur pour pouvoir aider toutes les personnes en besoin dans toute la région et ne pas se cantonner seulement aux zones contrôlées par le gouvernement.”

Quelques heures après que l’Ethiopie ait accordé aux Nations unies l’accès à la région nord du Tigré, une explosion s’est abattue sur l’une ses principales voies d’accès.

Mercredi, la télévision d’État a diffusé des images montrant le terminal saccagé de l’aéroport. Une explosion que l’armée éthiopienne impute aux forces rebelles du Tigré, accusées de vouloir retarder son avancée.

Environ la moitié des 5 millions de Tigréens auraient besoin d’assistance humanitaire selon l’Unicef. Ces informations sont difficiles à vérifier en raison du black-out des télécommunications sur la région.

“La dernière fois que nous avons pu parler avec nos camps de réfugiés au Tigré, ils n’avaient plus de nourriture, ni d’essence et ne pouvaient plus distribuer d’eau aux réfugiés. C’est une grande préoccupation pour nous, et nous faisons tout pour éviter une catastrophe dans la région”, explique encore l’humanitaire.

Le dirigeant éthiopien a déclaré la victoire samedi soir, annonçant que les opérations militaires au Tigré étaient “terminées”,  mais le TPLF a promis de continuer à se battre.

Les dégâts causés aux infrastructures de la région vont probablement entraver les efforts déployés pour apporter l’aide humanitaire et la logistique aux habitants de la région.

par: Arab Observer

 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page