Responsables palestiniens: Abbas a l’intention de reporter les élections législatives

Les responsables palestiniens ont révélé que le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas avait l’intention de reporter les élections législatives prévues le 22 mai, si Israël n’annonce pas que les élections seront autorisées dans la ville de Jérusalem.

Une tentative de faire défection de l’un des alliés d’Abbas dans le mouvement a accru les spéculations selon lesquelles il pourrait annuler les élections par crainte d’un défi potentiel de Marwan Barghouti détenu en Israël et est l’un des dirigeants palestiniens populaires, en plus du courant de réforme démocratique du Fatah dirigé par le leader Mohammed Dahlan, qui a des opportunités avancés selon les observateurs, et Abbas le considère comme son principal adversaire.

Les responsables ont déclaré qu’Abbas a catégoriquement refusé toute formule pour les élections qui n’inclut pas la ville de Jérusalem de la même manière que les élections législatives ont eu lieu en 1996 et 2006, indiquant qu’il invitera tous les secrétaires généraux de toutes les factions et politiques oblige à une réunion pour prendre une décision collective, soulignant que cela placera les différents blocs devant la responsabilité nationale.

Un membre du Comité exécutif, le Dr Ahmed Majdalani, a déclaré que la réponse israélienne a été claire à travers l’arrestation de candidats et l’interdiction de tenir des réunions électorales à Jérusalem, et nous n’accepterons aucune élection sans Jérusalem.”

Abbas a affirmé qu’il avait noué des contacts étendus avec de nombreux pays et autorités, en particulier les Nations Unies, les États-Unis d’Amérique et l’Union européenne, afin de faire pression sur le gouvernement israélien pour qu’il respecte les accords signés entre nous concernant le processus électoral, surtout les nominations, la propagande et les élections sont à Jérusalem, et il a ajouté que jusqu’à présent, nous n’avons reçu aucune réponse du côté israélien à ce sujet.

De nombreux blocs électoraux refusent de reporter les élections législatives en raison de l’absence de réponse israélienne à leur tenue à Jérusalem, appelant à l’imposition d’élections dans la ville contre la volonté des autorités israéliennes.

Hani Al-Masri, un candidat du Bloc de la liberté dirigé par Nasser Al-Qudwa, a déclaré que laisser la décision électorale aux Israéliens signifiait l’annulation des élections, soulignant qu’Israël ne cache pas sa volonté de ne pas tenir les élections.

Nasser Abu Khdeir, un candidat du bloc du Front populaire, a déclaré que nous ne devons pas précipiter et annuler les élections. Nous devons rechercher un consensus national sur la manière dont les habitants de Jérusalem participent aux élections.

Lundi, le ministre des Affaires étrangères Riyad Al-Malki a entamé une tournée européenne à cet effet, au cours de laquelle il a rencontré le ministre des Affaires étrangères de l’Union européenne et le ministre des Affaires étrangères de la Belgique, et il est prévu d’arriver le Mardi, à Londres, pour rencontrer le ministre britannique des Affaires étrangères, mais de nombreuses indications montrent qu’Israël ne répondra pas à toute pression internationale, notamment au vu de la domination des partis de droite sur la carte politique.

par: Arab Observer 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page