<link rel="stylesheet" id="jazeera-css" href="//www.fontstatic.com/f=jazeera" type="text/css" media="all">

Tchad: Deux départements ont été déclarés zone de guerre

Deux des cinq départements de la province du Lac, au Tchad, ont été déclarés “zone de guerre” par les autorités qui promettent une “riposte foudroyante” après la mort de 98 soldats tchadiens dans une attaque du groupe jihadiste Boko Haram lundi.
“Les départements de Fouli et de Kaya, dans la province du Lac sont déclarés Zone de guerre”, selon un décret signé jeudi par le président Idriss Déby Itno.
Le Conseil des ministres a adopté vendredi l’état d’urgence dans ces deux départements, situés à la frontière avec le Niger et le Nigeria. Cette disposition accorde notamment aux autorités militaires et administratives le droit d’interdire la circulation ou d’ordonner des perquisitions à domicile de jour comme de nuit.

L’armée tchadienne, considérée comme l’une des plus efficaces en Afrique, a subi un rude coup avec la perte en une journée de 98 soldats, lors d’une attaque de Boko Haram à Bohoma, dans le département de Fouli.
Le président Déby s’est immédiatement rendu sur les lieux, où il a promis à la télévision nationale une “riposte foudroyante”.
L’insurrection de Boko Haram est née en 2009 au Nigeria, avant de se propager au Cameroun, au Niger et plus tard, en 2015, au Tchad.
Depuis cette date, ces pays luttent contre ces jihadistes au sein de la Force multinationale mixte (FMM), une coalition régionale engagée autour du lac Tchad avec l’aide de comités de vigilance composés d’habitants.

Après un affaiblissement du groupe jihadiste, aujourd’hui divisé en plusieurs factions, les attaques se sont intensifiées en 2019.
Cette détérioration a conduit le Tchad, en janvier 2020, à redéployer 1.200 de ses soldats au sein de la FMM, du Nigeria au côté tchadien du Lac, où plusieurs attaques meurtrières avaient été rapportées.
Pour expliquer la défaite de Bohoma, un officier supérieur a affirmé sous le couvert de l’anonymat que la garnison avait été affaiblie par l’envoi d’un bataillon sur un terrain extérieur.
Le Tchad a promis ces derniers mois d’envoyer 480 soldats dans la “zone des trois frontières”, aux confins du Mali, du Burkina Faso et du Niger, pour y lutter contre les groupes jihadistes.
L’envoi par le Tchad de troupes hors de ses frontières, en échange de financements, commence à agacer une partie de la société civile qui s’inquiète de la multiplication des attaques dans le Lac.

par: Arab Observer

Tags
Afficher plus
Bouton retour en haut de la page
Fermer
Optimized with PageSpeed Ninja