Tension entre les groupes terroristes dans le nord de la Syrie

Le nord-ouest de la Syrie est en proie à de nouvelles tensions suite à la reprise des affrontements entre les groupes terroristes de Hayat Tahrir al-Sham (HTS), la plus puissante de la région, et la nouvelle alliance dirigée par les Gardiens de la religion affiliés à Al-Qaïda (Hurras al-Din) et un transfuge de HTS, Jamal Zeina.

Tout cela, dans le cadre d’un scénario déjà compliqué de guerre civile syrienne, qui fait rage depuis 2011 et qui oppose le régime du président Bachar al-Assad aux insurgés qui sont encerclés dans le dernier bastion de la province d’Idlib, au nord-ouest de la Syrie. Le pouvoir officiel justifie l’action militaire pour en finir avec les groupes terroristes résistants à Idlib et pour unifier le pays, avec l’aide inestimable de son principal allié sur le plan international, la Russie de Vladimir Poutine.

Face à cette coalition russosyrienne, il y a la Turquie. La nation eurasienne intervient dans le conflit armé syrien par le biais de sa puissante armée et avec le soutien de mercenaires rémunérés des groupes terroristes actifs dans la région et liés à Al-QaÏda et Daech, comme cela a été publié dans divers médias. Le pays présidé par Recep Tayyip Erdogan a fait une incursion dans le nord du territoire syrien sous le prétexte de harceler les Kurdes, une ethnie qu’il accuse de mener des actions terroristes dans le sud de la Turquie. Après avoir conclu un accord avec le gouvernement américain dirigé par Donald Trump, les forces turques se sont positionnées dans des bases au nord de la Syrie, autour d’Idlib, pour contrôler la zone et exiger le départ des Kurdes-Syriens.

Une démarche controversée car les Etats-Unis ont été accusés d’avoir abandonné à leur sort les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG, pour son acronyme en turc), incluses dans les Forces démocratiques de Syrie (FDS) qui s’opposent et qui ont joué un rôle clé dans la défaite de Daech à Al-Baghouz il y a plus d’un an. Cette incursion ottomane met Damas et Moscou mal à l’aise, car elle constitue un frein à leur progression vers Idlib ; d’autant plus que les Turcs sont associés à des miliciens syriens attachés à des groupes terroristes de la sphère terroriste. En fait, face à cette situation amère, Ankara et Moscou sont allés jusqu’à sceller en mars un cessez-le-feu qui, en théorie, est toujours en vigueur, mais qui a été rompu à plusieurs reprises. Dans une situation comme celle que nous connaissons actuellement, la Russie et la Turquie maintiennent leurs points de contrôle et effectuent pratiquement des patrouilles conjointes dans la région.

L’organisation susmentionnée, les Gardiens de la religion, est issue de plusieurs bataillons et groupes militaires qui avaient adopté l’idéologie du terrorisme Al-Qaïda et du salafisme (un courant rigide de l’Islam). Il a été formé après que le Front al-Nusra ait annoncé sa dissociation d’Al-Qaïda, changeant son nom en Jabhat Fatah al-Sham et fusionnant ensuite avec des factions et autres entités au sein de Hayat Tahrir al-Sham.

Cette transformation s’est accompagnée d’un renouvellement méthodologique et idéologique de la direction du groupe, qui avait fait partie du Front al-Nusra, ce qui a conduit à de graves conflits internes. Le résultat le plus significatif de tout cela a été la formation du groupe des Gardiens de la Religion en tant que faction affiliée à Al-Qaïda combattant sur le sol syrien.

Comme d’autres groupes terroristes, les Gardiens de la Religion sont divisés en interne selon plusieurs lignes, dont deux se distinguent. Le premier de ces courants est le courant levantin, qui détient le pouvoir au sein de l’organisation et qui a été dirigé par des Jordaniens tels qu’Abu al-Qassam al-Askari, Bilal Khreisat et Sami al-Aridi, ainsi que d’autres qui ont été tués, notamment Iyad al-Toubasi (connu sous le nom d’Abu Julaybib), Abu Khallad al-Muhandis et Faruq al-Suri. Leurs dirigeants ont l’intention de contenir les hostilités tout en essayant de suivre l’approche d’Al-Qaïda, tout en évitant les confrontations avec d’autres acteurs armés à Idlib, en particulier HTS. Bien que la plupart des dirigeants de ce courant ne soient pas syriens, les éléments syriens sont représentés à tous les postes et aucune décision n’est prise sans leur approbation, comme l’explique le Royal Institute of International Affairs Chatham House, une entité liée à la politique internationale basée à Londres.

Le courant Levantin est connu pour son hostilité envers Daech, qui a assassiné certains de ses dirigeants, et s’est associé à HTS pour lutter contre la propagation du groupe terroriste rival, comme le rapporte Chatham House.

Elle évite les affrontements avec les factions rebelles syriennes tout en se distançant de tout conflit entre elles et Hayat Tahrir al-Sham. Elle rejette également toute forme de lutte interne, cherchant plutôt à se battre aux côtés des factions rebelles contre le régime.

Ses dirigeants sont fortement opposés à la présence turque dans le nord de la Syrie : l’intervention d’Erdogan a d’ailleurs été l’une des principales raisons de l’émergence de ce courant. Cependant, il n’a pas lancé de campagnes contre l’armée turque, considérant que la Turquie est un allié de la cause des insurgés syriens en dehors du régime d’Al-Assad, comme le souligne l’analyste Sultan al-Kanj.

Le deuxième courant est le courant égyptien et nord-africain, qui est composé de cadres administratifs et militaires et suit la charia. Il lance des critiques contre les opposants à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation, ce qui reflète son objectif pratique de diffuser son idéologie et son programme par la force. Les dirigeants de l’organisation qui se sont séparés pour former le courant égyptien et nord-africain accusent le courant levantin de se soumettre à HTS.

Plusieurs de leurs dirigeants ont été tués, tandis que d’autres ont été arrêtés ou persécutés par les forces du HTS qui les ont accusés de radicalisation excessive et de collaboration avec Daech, comme le souligne Al-Kanj.

Cette tendance tend vers l’extrémisme religieux dans une plus large mesure que la première. Il cherche à appliquer la charia et à combattre tous ceux qui lui font obstacle tout en attirant ceux qui sont alignés sur l’idéologie de Daech. Cependant, son influence a diminué ces derniers mois avec l’approbation par Al-Qaïda du courant levantin comme sa plus fidèle puissance en Syrie. Al-Qaïda a appelé tous les partis dissidents à rejoindre le courant dirigé par les Jordaniens et à renoncer au fanatisme qui a émergé dans la fragmentation de l’organisation, comme l’a enregistré le Royal Institute of International Affairs Chatham House.

Le fait qu’il y ait peu de Syriens dans le courant dominant égyptien et nord-africain a conduit à une perte de légitimité. Ses rangs sont composés de cadres qui rejettent les Jordaniens, de cadres qui ont fait défection de Daech et de dirigeants du HTS qui s’opposent aux politiques du groupe.

De nombreux dirigeants du courant nord-africain ont changé de position pour soutenir les Jordaniens à la tête du groupe des Gardiens de la religion afin de promouvoir l’unité entre toutes les factions et de faire avancer la cause du djihad.

HTS préfère traiter et se coordonner avec le courant Levantin, qui est plus flexible dans ses interactions avec les autres groupes terroristes. Plusieurs raisons expliquent cette flexibilité, dont la plus importante est la faiblesse de la position militaire, ainsi que le désir de préserver ce qui reste des liens idéologiques et méthodologiques que les Jordaniens partageaient avec HTS avant sa restructuration. C’est ce dernier qui a conduit les dissidents jordaniens à former les Gardiens de la religion.

Hayat Tahrir al-Sham cherche à renforcer le courant levantin au détriment de son homologue nord-africain, ce qui peut se faire pacifiquement en attirant des cadres égyptiens et nord-africains. Cependant, elle a beaucoup de mal à convaincre ces cadres de s’associer à HTS car, selon elle, l’organisation s’est orientée vers la Turquie tout en se rapprochant de la laïcité, ce qui équivaut à une trahison de la cause terroriste, comme l’explique Al-Kanj.

HTS adopte actuellement une approche pragmatique de cette tendance en particulier et de l’organisation des Gardiens de la Religion en général afin d’attirer ou d’aligner davantage ses combattants sur son approche actuelle. Elle ne veut pas abandonner les cadres militaires terroristes de l’organisation, qui peuvent être utilisés dans les rangs de sa propre division militaire. Il veut plutôt les entraîner dans un courant terroriste plus modéré et intellectuellement plus mature.

Pendant ce temps, les récents affrontements entre différentes factions rebelles ont fait une dizaine de morts dans les combats entre groupes terroristes dans le nord-ouest de la Syrie. Mercredi, jusqu’à dix personnes ont été tuées dans des combats entre groupes radicaux dans la province d’Idlib, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), dans le contexte de l’augmentation des tensions susmentionnées entre les différents groupes radicaux présents dans cette région du pays.

L’OSDH, basé à Londres et disposant d’un large réseau d’observateurs dans le pays arabe, a déclaré que cinq hommes de Hurras al-Din ou Gardiens de la Religion, l’actuelle filiale d’Al-Qaïda en Syrie, et quatre membres de Hayat Tahrir al-Sham, le plus important des groupes opérant dans la province, ont été tués lors des affrontements.

Le HTS poursuit ses efforts pour renforcer ses positions et ses points de contrôle autour de la capitale provinciale d’Idlib, alors que de nouveaux combats ont éclaté entre le groupe et des factions rivales.

Ces incidents surviennent quelques jours après l’arrestation par le HTS d’un de ses anciens commandants qui avait fait défection pour diriger un nouveau groupe armé après avoir rejeté le cessez-le-feu annoncé en mars par la Russie et la Turquie pour la province d’Idlib. Cette figure est le commandant Jamal Zeina, alias Abu Malek al-Talli, qui a été arrêté dans la ville d’Idlib sur ordre du chef du HTS Abu Mohamed al-Golani.

Al-Talli, qui a dirigé pendant un temps les activités de l’ancien Front al-Nusra, ancien affilié d’Al-Qaïda en Syrie, a quitté HTS en avril et a formé un nouveau groupe terroriste qui s’est aligné sur Hurras al-Din, créé par des dissidents purs et durs du groupe Al-Golani. Hurras al-Din a parfois coopéré avec HTS, bien qu’ils soient en désaccord.

Avant de faire défection de HTS, l’insurgé a exprimé son refus d’accepter l’accord de cessez-le-feu annoncé le 5 mars par Moscou et Ankara qui visait à mettre fin aux hostilités à Idlib. Un accord qui, comme mentionné, est toujours en vigueur, bien qu’avec des violations occasionnelles.

La province d’Idlib et la ville d’Alep sont actuellement aux mains de ces groupes armés, HTS étant le plus important. Le dernier bastion restant résiste aux attaques des forces de Bachar al-Assad, soutenues par des éléments militaires russes.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer