Un rapport international dévoile la facture de terrorisme en Libye

Un rapport international publié par l’Institut australien d’économie et de paix a confirmé que le Trésor libyen avait subi des pertes estimées à environ 4,9 milliards de dollars sur 12 ans, en raison d’activités terroristes, pour se classer au cinquième rang mondial dans le paiement de la facture du terrorisme.

Le rapport a énuméré 1923 attentats terroristes au cours des 12 dernières années, qui ont fait 1876 morts en plus de pertes matérielles dans les infrastructures, faisant de la Libye la deuxième en Afrique en termes de nombre d’attaques et de leurs victimes.

Selon le rapport, la Libye subit annuellement des pertes estimées à 492 millions de dollars, près d’un demi-milliard de dollars, en raison des activités terroristes, pour se classer au cinquième rang mondial des pertes résultant d’incidents terroristes, en référence au projet de loi de guerre que le gouvernement d’Al-Sarraj paie au régime turc, pour affronter l’armée nationale libyenne .

Le rapport a souligné que l’organisation terroriste “ISIS” s’est développée en Libye au cours de l’année 2014, annonçant la formation de trois États lui appartenant, à savoir la Cyrenaica, le Fezzan et Tripoli, ce qui a entraîné le meurtre de 725 personnes à la suite d’incidents terroristes.

Le rapport indiquait que la province du Fezzan était responsable de la majorité des attaques qui ont eu lieu en Libye au cours de l’année 2019, à un taux de 63%, qui ont entraîné le meurtre de 22 personnes, soulignant qu’Al-Qaïda et ses branches sont restées actives, même si elles ont considérablement diminué au cours des cinq dernières années.

Le rapport a souligné la baisse du PIB libyen entre 2007 et 2015 de 4,5%, en raison d’incidents terroristes répétés.

L’Institut australien d’économie et de paix a déclaré que les quatre pays, le Nigéria, la Libye, la Somalie et le Mali, sont les plus affectés économiquement par les incidents terroristes, à 86,8% au cours de la période 2007-2019, estimant les pertes à 149 milliards de dollars.

Après février 2011, la Libye a été soumise à des crises politiques, sécuritaires et économiques insolubles qui ont jeté une ombre sur la vie de tous les citoyens et accru leurs souffrances, en raison de l’augmentation du terrorisme dans certaines régions du pays.

Des organisations terroristes ont pénétré dans plusieurs villes de l’est, de l’ouest et du sud de la Libye, profitant du vide sécuritaire et politique dont souffre la Libye, mais l’armée libyenne, qui a reçu un grand soutien populaire des Libyens, a réussi à éliminer le terrorisme dans plusieurs régions de la Libye et à les libérer de l’emprise des terroristes.

Cependant, des menaces sécuritaires entourent toujours la Libye alors que le régime turc continue de violer l’embargo sur les armes imposé par les Nations Unies à la Libye depuis 2011, et d’amener des mercenaires syriens sur les axes de combat à Tripoli et de les soutenir avec du matériel pour affronter l’armée nationale libyenne.

Selon les données de l’Observatoire syrien des droits de l’homme, la Turquie a transféré plus de 20 000 mercenaires syriens en Libye, en plus d’environ 10 000 extrémistes d’autres nationalités.

Ankara a l’intention de contrecarrer les efforts internationaux visant à résoudre la crise libyenne, y compris les résultats de la conférence de Berlin, qui appelle au renforcement du contrôle de l’embargo sur les armes, au désarmement des milices et à l’imposition de sanctions à la partie qui viole l’armistice, tandis que l’armée libyenne a confirmé dans les déclarations de son porte-parole, le général de division Ahmed Al-Mesmari, Les forces armées ne se retireront pas de la guerre qu’elles mènent contre le terrorisme.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page