Vladimir Poutine a nommé Mikhaïl Michoustine pour former un nouveau gouvernement

Le président Vladimir Poutine a désigné mercredi comme nouveau Premier ministre le patron du fisc russe, Mikhaïl Michoustine, inconnu du grand public, selon les agences russes citant le Kremlin. Cette nomination intervient tout juste après l’annonce surprise de la démission du chef du gouvernement en poste depuis près de huit ans, Dmitri Medvedev, dans la foulée d’un discours du président russe annonçant des réformes constitutionnelles.

«Ces changements, lorsqu’ils seront adoptés, et cela se fera après discussion, introduiront des changements importants non seulement dans un certain nombre d’articles de la Constitution, mais aussi en général dans l’équilibre des pouvoirs», a déclaré Dmitri Medvedev lors d’une allocution télévisée en présence du président Vladimir Poutine, qui l’a remercié pour son travail.

«Un certain nombre de changements fondamentaux à la Constitution de la Fédération de Russie ont été esquissés. Dans ce contexte, il est évident que nous, en tant que gouvernement, devons donner au président la possibilité de prendre toutes les décisions nécessaires à cet effet. Dans ces conditions, je pense qu’il serait juste que le gouvernement de la Fédération de Russie démissionne», a ajouté Dmitri Medvedev, qui doit prochainement prendre la tête du Conseil de Sécurité de la Fédération de Russie. Malgré cette annonce, le gouvernement Medvedev continuera à exercer ses fonctions jusqu’à la formation d’un nouveau cabinet.

Personnalité méconnue du grand public, Mikhaïl Michoustine a dirigé pendant près de dix ans le service fédéral des impôts de Russie. Âgé de 53 ans, natif de Moscou, ce docteur en économie est l’auteur prolifique de livres et d’articles scientifiques consacrés à la fiscalité.

La surprise de sa nomination au poste de premier ministre retombée, Mikhaïl Michoustine a été saluée par une partie de la classe politique, qui reconnaît en lui «un des plus administrateurs les plus efficaces de Russie», comme l’a noté le vice-président du Conseil de la Fédération Nikolaï Jouravlev dans un entretien avec l’agence russe Interfax. «Mikhaïl Michoustine est un homme du plus haut professionnalisme, un organisateur solide, un homme qui a obtenu de grands résultats dans le domaine de la politique fiscale, qui a augmenté les revenus des régions et du budget fédéral», a déclaré à la même source le sénateur Sergeï Ryaboukhine, premier chef adjoint du comité du Conseil de la Fédération sur le budget . «Du point de vue de la discipline dans l’exécution des projets nationaux, je pense que c’est un très bon candidat.»

Cette annonce fait suite à la proposition par Vladimir Poutine de renforcer les pouvoirs du Parlement tout en préservant le caractère présidentiel du système politique qu’il pilote depuis 20 ans. «Je juge nécessaire de soumettre au vote des citoyens du pays l’ensemble des révisions de la Constitution proposées», a-t-il déclaré dans son allocution annuelle devant les membres du Parlement et les élites politiques, sans pour autant préciser le calendrier. Ce projet de réforme du système politique sera soumis à un «vote» des Russes qui ne portera pas pour autant le nom de référendum car le cadre légal ne le permet pas, a précisé son porte-parole, Dmitri Peskov.

La principale mesure annoncée vise à renforcer le rôle du Parlement dans la formation du gouvernement, lui donnant la prérogative d’élire le Premier ministre que le président sera alors obligé de nommer. Actuellement, la Douma confirme le choix du chef de l’État. Selon Vladimir Poutine, il s’agit d’un changement «significatif» pour lequel il a jugé la Russie assez «mûre». Les deux chambres du Parlement sont aujourd’hui dominées par des forces pro-Poutine et ne s’opposent jamais aux volontés du Kremlin.

Les propositions de réformes exposées par Vladimir Poutine visent aussi à renforcer les pouvoirs des gouverneurs régionaux, à interdire aux membres du gouvernement et aux juges d’avoir des permis de séjour à l’étranger et à obliger tout candidat à la présidentielle à avoir vécu les 25 dernières années en Russie. Le président russe a également annoncé vouloir établir la supériorité de la Constitution russe sur les accords internationaux. Sur le volet socio-économique, il a par ailleurs évoqué un renforcement du salaire minimum et une indexation des retraite.

Par ailleurs, le chef de l’État ne serait plus autorisé à effectuer plus de deux mandats au total et non pas seulement consécutifs. Une mesure des plus symboliques car c’est l’absence de cette limitation qui a permis à Vladimir Poutine d’effectuer quatre mandats présidentiels au total, de 2000 à 2008 puis de 2012 à aujourd’hui, avec un intermède comme premier ministre de 2008 à 2012.

Néanmoins, Vladimir Poutine, dont l’actuel mandat s’achève en 2024 et qui en l’état actuel de la législation n’a pas le droit de se représenter, a souligné que la Russie devait rester dirigée par un système présidentiel. Ainsi, le président conservera le droit de limoger tout membre du gouvernement, nommera les chefs de toutes les structures sécuritaires et pourra écarter les présidents des Cours suprême et constitutionnelle.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer