Abir Moussi: Les crises tunisiennes sont causées par le règne de la Fraternité

Abir Moussi, chef du Parti destourien libre en Tunisie, a déclaré que son pays vit une crise qui menace sa stabilité à cause de la Fraternité, et qu’il attend une décision du président tunisien Kais Saied pour les tenir responsables.

Elle a expliqué que la réalité tunisienne est témoin d’une “crise constitutionnelle au niveau des mauvaises conditions économiques, politiques et sociales tendues qui sont menacées, en raison du régime de la Fraternité, qui savait qu’ils seraient rejetés par le peuple tunisien et la rue.

Moussi a également estimé que cette crise constitutionnelle inquiète tout le monde et menace l’existence et la stabilité de l’État, déclarant : « Nous attendons une décision du président de la République pour mettre fin aux Frères musulmans, les tenir pour responsables et retourner à leur taille normale, afin que la Tunisie puisse récupérer.

Elle a déclaré que son parti résisterait aux tentatives de « faire disparaître la patrie » et s’efforcerait de remettre l’affaire entre les mains du peuple.

Trois blocs parlementaires (le Bloc démocrate, le Bloc réformiste et le Bloc Tahya Tounes) ont accusé, jeudi, le président du Parlement tunisien, le leader du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, de dictature.

Elle a également fait allusion au boycott des travaux des sessions parlementaires générales, appelant à un suivi judiciaire des deux députés qui ont violemment agressé le chef du Parti constitutionnel il y a quelques jours.

Il est à noter que, mercredi dernier, Moussi a été victime de deux attaques dans la salle plénière du Parlement, et en une journée, à la fois par le député Sahbi Samara et par le chef du bloc de Coalition al-Karama , Seif El-Din Makhlouf (allié de Ghannouchi) , dans un incident qui a déclenché une controverse généralisée dans le pays.

Le président du Parlement est en tête de liste des personnalités politiques les moins dignes de confiance dans le pays, auxquelles les Tunisiens ne veulent jouer aucun rôle politique, selon un sondage d’opinion réalisé par la fondation spécialisée Sigma Konsai.

Depuis des mois, la Tunisie connaît une forte division politique, et plusieurs critiques du mouvement Ennahdha, sur fond de forte baisse du pourcentage de soutien et de confiance en son leader, Rashid Ghannouchi, selon les derniers sondages d’opinion dans le pays.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page