Blinken: l’Iran est sur le point d’avoir une arme nucléaire

“L’Iran serait à quelque mois de disposer suffisamment de matériel pour construire une bombe nucléaire – un délai qui pourrait être réduit à ‘quelques semaines’, si la République islamique continue de violer l’accord signé avec les puissances mondiales”, a déclaré le secrétaire d’État américain Antony Blinken lors d’une interview accordée à NBC News.

Blinken a ajouté que les États-Unis sont prêts à revenir au respect de l’accord nucléaire si l’Iran le fait, puis à travailler avec les alliés et partenaires américains sur un accord plus long et plus fort qui inclut d’autres questions.

Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Djavad Zarif, a assuré que son pays était “prêt à respecter ses engagements prévus dans l’accord de Vienne, lorsque les Etats-Unis le feront aussi”.
“Il est du devoir des Etats-Unis de revenir dans cet accord et de respecter ses obligations”, a-t-il insisté.

La nouvelle administration démocrate de Joe Biden s’est déclarée prête à réengager les Etats-Unis dans l’accord, quitté en 2018 par Donald Trump, mais Washington et Téhéran attendent chacun de leur côté un premier pas de l’autre.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, avait appelé les Etats-Unis et l’Iran à travailler ensemble pour sortir de l’impasse actuelle sur l’accord nucléaire international conclu avec Téhéran, tout en indiquant ne pas s’attendre à une issue rapide.

“L’accord nucléaire est un accord international multilatéral ratifié par la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui n’est pas négociable et les parties à celui-ci sont claires et immuables”, a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Saeed Khatibzadeh, cité par les médias d’État.

Depuis plusieurs mois, la République islamique s’est mise à enrichir son uranium à un degré plus élevé que le plafond établi par l’accord sur l’encadrement de ses activités nucléaires. Ce, en réponse au retrait du pacte en 2018 des États-Unis, par l’administration Trump.

La nouvelle administration de Joe Biden s’est néanmoins engagée à rejoindre l’accord, mais une fois que Téhéran aura à nouveau garanti le plein respect de ses conditions.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page