Empreintes turques sur le rapport de la CIA sur l’affaire Jamal Khashoggi

Le chef du régime turc, Recep Tayyip Erdogan, a dépêché son chef du renseignement, Hakan Fidan, et l’un de ses proches collaborateurs les plus éminents, dans la capitale américaine, Washington, pour rencontrer des responsables de la CIA aux États-Unis, deux mois après le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat de son pays à Istanbul.

Le chef du renseignement turc a non seulement rencontré la directrice de la CIA Gina Haspel à l’époque, mais a également discuté du dossier de l’affaire Khashoggi lors d’une réunion avec des membres des partis républicain et démocrate au Sénat américain, cherchant à exploiter le cas selon lequel les renseignements d’Erdogan ont révélé ses détails quelques heures à peine après que c’est arrivé, ce qui a soulevé de nombreuses questions sur le rôle central des renseignements turcs du début à la fin.

Aujourd’hui, et à la lumière d’un soudain silence officiel turc sur la publication du rapport de Washington, l’agence de presse Anadolu, dirigée par le parti au pouvoir, a seulement cité le secrétaire d’État américain, Anthony Blinken, disant que les mesures prises par Washington contre Les responsables saoudiens à propos de cette affaire n’étaient pas destinés à provoquer une rupture ou une rupture dans les relations avec l’Arabie saoudite, indiquant l’engagement de Washington à défendre la sécurité du royaume.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a affirmé, son rejet catégorique des “conclusions erronées et sans fondement” du rapport de la CIA concernant l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, dans laquelle il était déclaré que Ben Salman avait consenti à kidnapper ou à tuer le chroniqueur saoudien du Washington Post, Jamal Khashoggi.

Le ministère saoudien des Affaires étrangères a ajouté que le gouvernement du Royaume rejette catégoriquement les conclusions erronées et sans fondement concernant les dirigeants du Royaume contenues dans ce rapport, qui contient une multitude de données erronées et d’autres conclusions inexactes.

Le communiqué indique qu’il “confirme ce qui a été précédemment publié à cet égard par les autorités compétentes du Royaume, à savoir qu’il s’agit d’un crime odieux qui constitue une violation flagrante des lois et des valeurs du Royaume, commis par un groupe qui a enfreint tous les règlements et outrepassé les prérogatives des organismes auxquels il appartient.

Toutes les mesures judiciaires appropriées ont été prises pour instruire cette affaire et traduire les responsables en justice. Des décisions de justice définitives ont été rendues à leur encontre, ce dont la famille Khashoggi s’est félicitée, ajoute le communiqué.

Le ministère saoudien des affaires étrangères a estimé que le partenariat entre le Royaume et les États-Unis était “fort et solide”. Et d’ajouter : “Au cours des huit dernières décennies, il a été fondé sur des bases solides de respect mutuel (…) Nous espérons que ces bases solides, qui ont constitué un cadre solide pour le partenariat stratégique des deux pays, se poursuivront”.

Erdogan a toujours promis qu’il ferait exploser une bombe et fournirait des preuves qu’Ankara prétend posséder sur qui a tué Khashoggi, sans implémenter cela, réitérant que la Turquie suit cette question en tant que représentant de la conscience du monde, ignorant la classification de son pays par les organisations internationales connues. être la plus grande prison pour journalistes au monde, même en comparaison avec la Chine.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page