Des milliers dans la rue pour réclamer la démission de Nétanyahou

Des milliers d’Israéliens sont descendus dans les rues cet été pour réclamer la démission de Benyamin Nétanyahou, pour dénoncer sa gestion de la crise du coronavirus et le fait qu’il demeure au pouvoir pendant son procès pour corruption.

Les manifestations sont largement pacifiques, mais il y a eu quelques signes de violence dans les dernières semaines. Certains manifestants ont affronté les policiers, les accusant d’utiliser la force de manière excessive. De petits groupes de partisans du premier ministre affiliés à un groupe d’extrême-droite ont agressé des manifestants. Les derniers rassemblements se sont toutefois déroulés sans incident.

Les manifestations, qui ont lieu plusieurs fois par semaine dans tout le pays, sont organisées par un réseau de groupes d’activistes, dont certains sont opposés à ce que le premier ministre demeure en poste durant son procès. Plusieurs manifestants brandissent un drapeau noir, en référence au nom d’un des mouvements anti-Nétanyahou.

Alors que Nétanyahou a tenté de minimiser l’ampleur du mouvement, les manifestations ne font que prendre de la vigueur.
Les manifestants l’accusent de corruption et disent que lui et le gouvernement de coalition du pays n’ont pas réussi à reconnaître la souffrance de ses citoyens.

Des médias israéliens ont estimé le nombre des manifestants à Jérusalem à 15 000. Un millier d’autres ont manifesté près de la maison de bord de mer du président, dans un quartier huppé de la ville portuaire de Caesaria. De plus petits rassemblements se sont aussi tenus sur des ponts et à des intersections à travers le pays.

Nétanyahou, le Likoud, a annoncé que la réunion hebdomadaire du cabinet de dimanche était annulée en raison de désaccords avec le chef de la coalition Bleu-blanc Benny Gantz. Les deux partis se querellent au sujet du budget national du pays; s’ils ne parviennent pas à un accord d’ici la fin du mois, des élections anticipées seront déclenchées.

Le Likoud et la coalition Bleu-blanc se sont affrontés à plusieurs reprises depuis qu’ils ont formé un gouvernement de coalition en mai. Alors que Benny Gantz défend les manifestants, Benyamin Nétanyahou les a qualifiés de gauchistes et d’anarchistes et a appelé à la violence contre eux.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer