Donald Trump a dénoncé les émeutes dans la ville de Minneapolis

Donald Trump a dénoncé les émeutes de la nuit passée dans la ville de Minneapolis, en réaction à la mort de George Floyd, un Afro-Américain, après son interpellation par la police, comme l’œuvre de “pilleurs et d’anarchistes”.

« Nous ne pouvons pas et nous ne devons pas laisser un petit groupe de criminels et de vandales détruire nos villes et saccager nos communautés », a déclaré M. Trump, commentant la précédente nuit d’émeutes, de pillages et d’incendies volontaires à Minneapolis.
« Mon administration va stopper la violence collective. Et nous allons la stopper net », a averti le président.

M. Trump a estimé que les émeutiers déshonoraient la mémoire de George Floyd, l’Afro-Américain de 46 ans mort lundi à Minneapolis, dans le nord des États-Unis, lors de son interpellation par la police et devenu un nouveau symbole des brutalités policières contre cette communauté.

« La violence et le vandalisme sont menés par Antifa et d’autres groupes de l’extrême gauche radicale », a affirmé Donald Trump.
Au même moment, des foules de manifestants commençaient à se rassembler à Minneapolis, New York, Chicago, Miami, Philadelphie et d’autres villes, tandis que les autorités s’apprêtaient à faire face à une cinquième nuit de protestations violentes.

Tim Walz, gouverneur du Minnesota, l’État où se trouve Minneapolis, a averti que les manifestants qui seraient toujours dans les rues après l’entrée en vigueur du couvre-feu samedi à 20 h (1 h GMT) se trouveraient dans « une situation dangereuse ».
Le gouverneur a déclaré que les émeutiers pouvaient être des membres de groupes anarchistes, des suprémacistes blancs et des trafiquants de drogue, souvent venus d’autres villes. « Notre objectif est de décimer cette force aussi vite que possible », a prévenu M. Walz.

« La situation à Minneapolis n’a absolument plus rien à voir avec le meurtre de George Floyd », a estimé le gouverneur. Il s’agit selon lui « d’instiller la peur et de déstabiliser nos grandes villes ».
M. Walz a annoncé la mobilisation générale des 13 000 soldats de la Garde nationale de l’État, une première, et indiqué avoir demandé l’aide du ministère de la Défense.

Des unités de la police militaire ont été mises en alerte pour pouvoir éventuellement intervenir à Minneapolis dans un délai de quatre heures, a indiqué le Pentagone dans un communiqué.
« Nous pouvons leur envoyer nos soldats très rapidement », a déclaré M. Trump sur la pelouse de la Maison-Blanche, estimant que les responsables locaux avaient jusqu’à présent manqué de fermeté. « Il faut qu’ils soient plus durs », a-t-il ajouté.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer