Efforts européens pour imposer des sanctions à la Turquie

Le président français Emmanuel Macron et le président allemand du groupe parlementaire du Parti populaire européen, Manfred Weber, ont cherché ces derniers jours à faire pression pour des sanctions à la Turquie en raison de ses provocations contre la Grèce et Chypre, selon le journal grec Greek Times Monitor.

Weber a déclaré: «Les actions militaires turques dans la région méditerranéenne et la décision concernant Sainte-Sophie, qui est un exemple de chauvinisme religieux, la question n’est plus uniquement liée à la Turquie, à la Grèce ou à Chypre, mais à l’Europe.

Il a ajouté: “Nous tenons à confirmer en présence de Charles Michel, président du Conseil européen, Von der Leyen, que nous devons envoyer des messages clairs que nous sommes du côté des Grecs et des Chypriotes, et qu’il est temps d’agir maintenant, peut-être d’envisager d’imposer des sanctions à la Turquie, nous devons agir maintenant.”

Macron a reçu son homologue chypriote, Nikos Anastasiades, à Paris, Macron a souligné la nécessité d’imposer des sanctions à Ankara à la lumière de ce qu’Ankara a fait au cours des deux dernières semaines de travaux d’exploration gazière dans la zone économique exclusive de Chypre et le champ maritime grec au sud de l’île de Kastelorizo, sans parler de la conversion de Sainte-Sophie en mosquée.

Macron a déclaré: «L’Europe doit défendre sa souveraineté, nous ne devons pas laisser notre sécurité en Méditerranée être entre les mains d’autres parties. Je voudrais exprimer la pleine solidarité de la France avec Chypre et la Grèce face aux violations turques de ses droits souverains.

Les tensions ont entaché les relations gréco-turques la semaine dernière lorsque Ankara a annoncé qu’elle procéderait à une recherche de gisements de gaz dans le domaine maritime grec accompagné de 17 navires de guerre jusqu’au 2 août,
Mais la réaction rapide de la marine grecque à l’envoi de navires de guerre dans la région a été la raison du retrait des navires turcs dans ses ports.

Avec le retour de la plupart des navires, la chancelière allemande Angela Merkel a prévenu le chef du régime turc, Recep Tayyip Erdogan que “les Grecs ne plaisantent pas” et répondront à toute violation de leurs droits maritimes.

Le président français a appelé à la tenue d’un sommet en France pour rassembler les pays de l’Union européenne riverains de la Méditerranée, «Euro Med 7», à la fin du mois d’août prochain, pour discuter des derniers développements dans la région.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page