El-Sissi et le Mitsotakis renouvellent leur rejet de l’ingérence étrangère en Libye

Le président égyptien Abdel Fattah El-Sissi et le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis ont renouvelé leur refus d’intervenir par des parties extérieures dans la crise libyenne.

L’ambassadeur Bassam Radi, porte-parole officiel de la présidence égyptienne, a déclaré qu’El-Sissi avait reçu un appel téléphonique de Mitsotakis, dans lequel il discutait des récents développements dans le dossier libyen.

Le président égyptien et le Premier ministre grec ont convenu de rejeter l’ingérence de parties extérieures dans la crise libyenne, ce qui n’a fait que compliquer le problème et n’a obtenu que des avantages personnels au détriment des droits, des intérêts et de la libre volonté de la Libye et de son peuple.

Le porte-parole de la présidence de la République d’Égypte a souligné que ces interventions menaçaient la sécurité et la stabilité de l’ensemble du voisinage régional libyen et l’Europe, et donc l’impératif de se joindre aux efforts de la communauté internationale en soutenant les efforts internationaux pertinents ainsi qu’en mettant en œuvre les résultats du la conférence de Berlin pour résoudre le problème.

Au cours de l’appel, l’accent a été mis sur la cohérence des intérêts et des positions communes entre les deux pays de la Région de la Méditerranée orientale, tout en soulignant que le Forum du gaz de la Méditerranée orientale représente l’un des outils les plus importants dans ce cadre.

Les deux parties ont également discuté des moyens de renforcer le processus de coopération conjointe qui rassemble les deux pays à différents niveaux, que ce soit au niveau bilatéral ou dans le cadre du mécanisme de coopération tripartite entre l’Égypte, Chypre et la Grèce.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer