Ennahdha verse les montants des subventions aux employés pour acheter des loyautés

Derrière les centaines d’employés en Tunisie obtenant une aide financière, que le gouvernement a allouée pour soutenir les groupes vulnérables face à la crise de Coronavirus, une insatisfaction généralisée du public quant aux doutes que les partis politiques étaient à l’origine de cet incident, y compris le Mouvement islamique Ennahdha, en versant délibérément les montants des subventions aux employés pour acheter des loyautés, ce que Il révèle sa volonté d’investir dans une urgence sanitaire à visée politique. Les médias locaux ont indiqué que le ministère des Affaires sociales avait décidé de déduire directement du salaire de 600 employés qui avaient bénéficié, illégalement, d’une subvention de deux cents dinars (1 $ = 2,9 dinars) pour les familles pauvres, dans le cadre de l’aide approuvée par le gouvernement au profit de ces groupes.

À la suite de l’éclosion de l’épidémie en Tunisie, le gouvernement s’est engagé à verser une aide financière aux familles pauvres alors que les activités économiques déclinaient en raison de la quarantaine publique. Le ministère a expliqué qu’il s’était produit lors de la préparation de la liste des bénéficiaires de l’aide, et après avoir mené le processus d’intersections avec différentes banques de données nationales, il y a 4000 employés dans la liste qui ont reçu la subvention. Le ministre d’État auprès du Premier ministre en charge de la fonction publique, de la gouvernance et de la lutte contre la corruption Muhammad Abbou a justifié cet incident par le manque de clarté des données relatives aux familles à faible revenu qui n’ont pas été mises à jour, ce qui a permis des erreurs et permis à certains agents et employés de l’État d’obtenir la subvention destinée à aider les familles pauvres. Abbou a déclaré dans des déclarations aux médias locaux que “l’argent sera récupéré dès que les arrangements seront terminés et que les listes arriveront par le ministère des Affaires sociales”, notant que “les ministres seront envoyés pour appliquer la loi en activant le côté disciplinaire contre les employés et agents de l’Etat”.

Le gouvernement a attribué le mauvais accès des employés à l’aide financière accordée aux pauvres pour ne pas mettre à jour les listes des familles pauvres, mais des observateurs et des personnalités politiques soulignent l’implication des partis au pouvoir dans cet incident dans ses efforts pour exploiter la crise sanitaire afin de renforcer son réservoir électoral et de réaliser des gains politiques. Alors que l’analyste politique Khaled Obaid exclut dans une déclaration à «Al-Arab» que le processus de transfert est politisé, accuse les cercles politiques tunisiens du mouvement Ennahdha participant à la coalition gouvernementale d’acheter les loyautés des employés, en particulier ses affiliés, afin de préserver sa base populaire, et ce qui renforce la validité de cette hypothèse est que la plupart de ces hypothèses se sont produites Leur emploi après la révolution de janvier 2011, ils ont des affiliations partisanes et soutiennent les partis au pouvoir. Cet incident survient à un moment où Ennahdha vit de l’impact d’une forte baisse de sa popularité, et à la lumière d’une crise interne, car un large spectre de la rue le tient pour responsable de la crise économique et sociale étouffante, dans le contexte de sa mauvaise gestion des crises depuis sa participation à la gouvernance au lendemain de la révolution de janvier, ce qui motive ses détracteurs.

Dire que canaliser les fonds d’aide vers les proches d’Ennahdha est une tentative pour regagner le soutien de ses partisans. Le chef du parti Nidaa Tounes, Manji Al-Herbawi, a révélé dans un communiqué à “Al-Arab”, l’implication d’agents accrédités (responsables locaux) affiliés au mouvement Ennahdha dans l’aide financière aux familles connues pour être fidèles au mouvement. “Selon nos sources, la Renaissance évolue au niveau régional pour gagner les loyautés, que ce soit par le biais des avantages sociaux ou par la distribution de nourriture et la fabrication de masques”, a déclaré Harbawi. La crise de Coronavirus a révélé les efforts du mouvement Ennahdha pour peaufiner son image, à un moment où le président Qais Saeed et le Premier ministre Elias Al-Fakhfakh se sont emparés d’eux et leurs efforts pour faire face à l’épidémie sont loués. Le ministre de la Santé, Abd al-Latif al-Makki, a fait l’objet de critiques et est tombé dans le piège du populisme en s’adressant aux Tunisiens en larmes plus d’une fois. La bataille politique. Et Al-Harbawi a ajouté que “le ministre de la Santé, par sa présence médiatique étendue, se fait de la publicité pour lui-même et son parti, qui est le mouvement Ennahdha”. Il pense que c’est une mauvaise décision car “l’épidémie oblige tout le monde à travailler ensemble”. Ennahdha a toujours utilisé les crises sociales pour obtenir des points politiques aux dépens des opposants. À chaque élection, il s’est concentré sur les villes marginalisées et les quartiers populaires pour apaiser les électeurs et gagner leur soutien.

Les observateurs mettent en garde contre l’influence des organismes de bienfaisance liés au mouvement, qui évoluent dans des directions différentes, en utilisant des fonds anonymes et en examinant leurs antécédents politiques. Il s’engage également à collecter le soutien et les avantages auprès des citoyens et ne sait pas exactement qui en bénéficie, et va-t-il aux partisans du mouvement ou est-il utilisé à d’autres fins? L’analyste politique Farid Al-Olibi note qu’il y a un investissement politique dans la pandémie de Coronavirus en Tunisie dans laquelle les partis au pouvoir sont impliqués et que des informations ont été diffusées sur la renaissance du mouvement Ennahdha avec la plupart de ces abus, où ses partisans mènent une campagne de polarisation massive, certains pendant la journée et d’autres la nuit, accusant les responsables du gouvernement local de cela. Maires, délégués et même gouverneurs (gouverneurs). Al-Olibi note que «la politisation de l’épidémie n’est pas distincte de la politisation précédente d’autres phénomènes à dimension sociale, qui s’est faite lors des dernières élections où la pauvreté des personnes a été exploitée à cette fin, et des associations qui se présentaient comme des œuvres de bienfaisance et quand les élections sont devenues politiques et ont leur liste. Campagne électorale.

” Pour sa part, la personnalité politique bien connue Ahmed Naguib Al-Shabi a estimé que ce qui ne fonctionnait pas devait être corrigé, et que s’il y avait de la corruption, elle devait être suivie par les responsables de celle-ci, indépendamment de qui ils suivaient, ajoutant que ce qui lui importait était de savoir si les subventions financières destinées aux pauvres et aux vulnérables étaient suffisantes ou non. Assez. Les militants des médias sociaux ont dénoncé la saisie de l’aide destinée aux pauvres, tandis que les manifestants ont levé la quarantaine pour exiger une aide financière et alimentaire, ce qui a embarrassé le gouvernement. Les chefs des familles touchées se sont rassemblés devant les bureaux de poste dans plusieurs régions du pays, dans l’attente du versement d’une aide financière. L’état de congestion a augmenté avec la rareté des produits de base et des légumes sur la plupart des marchés en raison de l’annonce faite plus tôt par le ministère du Commerce que les heures de travail des principaux marchés équipés de ces produits étaient réduites à seulement trois jours par semaine, ce qui a provoqué la propagation du monopole et des prix élevés. Cependant, le ministère est revenu sur sa décision de reprendre quotidiennement ses opérations d’approvisionnement sur les principaux marchés.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page