Les États-Unis vont évacuer leurs alliés afghans

Les États-Unis ont annoncé, mercredi, l’évacuation prochaine des Afghans qui ont aidé l’armée américaine, au moment où les Taliban poursuivent leur offensive tous azimuts contre les forces afghanes et disent s’être emparés d’un poste-frontière clé avec le Pakistan.

“Les vols au départ de l’Afghanistan commenceront la dernière semaine de juillet pour les candidats” ayant fait une demande de visa spécial et leurs familles, qui devraient ainsi avoir quitté le pays avant le 31 août, date à laquelle l’armée américaine veut achever son retrait, ont fait savoir les autorités américaines. Près de 80 000 Afghans à évacuer dans l’urgence

La porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a salué en ces Afghans, “des individus courageux”, et assuré que l’administration Biden voulait “reconnaître l’importance du rôle qu’ils ont joué” lors des vingt années de présence des forces américaines en Afghanistan.

Et face à la progression rapide de ces derniers, le sort des quelque 18 000 Afghans susceptibles de bénéficier du programme de visas spéciaux se fait pressant. Avec leurs familles, le nombre de personnes à évacuer pourrait dépasser les 80 000, mais seule une fraction des candidats potentiels a déjà déposé une demande de visa.

Le départ programmé des derniers militaires étrangers a ravivé les inquiétudes de ces interprètes, chauffeurs ou sous-traitants ayant assisté l’armée américaine. Ils craignent des représailles de la part des Taliban en passe de prendre le pouvoir dans le pays.

Or le temps presse. La dégradation de la situation sécuritaire et les craintes de voir l’aéroport de Kaboul fermer accélère les évacuations. Mardi, dans l’urgence, l’ambassade de France à Kaboul a appelé tous ses ressortissants à quitter l’Afghanistan, annonçant qu’un vol spécial vers Paris serait affrété le 17 juillet. Il s’agira de l’unique vol de ce genre pour l’ensemble de la communauté française présente dans le pays.

Sur le terrain, les Taliban poursuivent leur offensive tous azimuts contre les forces afghanes. Les insurgés ont affirmé contrôler 85 % du territoire de l’Afghanistan et avoir pris mercredi un poste-frontière qui relie l’Afghanistan à la province pakistanaise du Baloutchistan (sud-ouest).

Privées du soutien aérien des États-Unis, les forces afghanes n’ont, jusqu’ici, opposé qu’une faible résistance et ne contrôlent plus essentiellement que les axes majeurs et les grandes villes, dont plusieurs sont encerclées.

Depuis qu’ils ont lancé, début mai, une large offensive contre les forces afghanes, à la faveur du retrait des forces étrangères, les insurgés se sont emparés de vastes portions rurales du pays et de postes-frontières clés avec l’Iran, le Turkménistan, le Tadjikistan.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page