Des milliers d’Éthiopiens fuient vers le Soudan

Près de 25.000 Éthiopiens ayant fui les combats dans la province du Tigré depuis une semaine ont trouvé refuge au Soudan voisin, a annoncé l’agence officielle soudanaise Suna.

En bicyclette, à pied ou à bord de petites embarcations pour ceux qui traversent la rivière, des milliers d’Éthiopiens ont fui leur pays pour se réfugier au Soudan voisin ces derniers jours.

Le HCR a dit s’attendre à une vague massive de réfugiés, estimant que le conflit risquait de s’intensifier. Selon une source gouvernementale soudanaise, quelque 200.000 Éthiopiens pourraient se réfugier au Soudan.

Les hostilités ont commencé le 4 novembre, quand le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed a envoyé l’armée fédérale à l’assaut du Tigré, après des mois de tensions croissantes avec les autorités régionales du Front de libération des Peuples du Tigré (TPLF).

Le Commissaire soudanais pour les réfugiés, Abdallah Souleiman, qui l’accompagnait, a appelé la communauté internationale à fournir urgemment de l’aide aux réfugiés.

Lors d’une tournée samedi dans la région frontalière soudanaise, l’adjoint du représentant du Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) au Soudan, Jan Hansmann, a affirmé que la “priorité était de fournir des abris, de la nourriture et de l’eau aux réfugiés et de les transférer dans des secteurs éloignés de la frontière, pour des raisons de sécurité”. Il a ajouté que son organisation oeuvrait pour établir de nouveaux camps.

On a fui la mort” : des mots forts d’une femme qui traduisent la détresse de toute une population. Le contexte tend à devenir de plus en plus explosif en Ethiopie. L’armée éthiopienne et des groupes rebelles du Tigré, une région dissidente, s’affrontent depuis 10 jours à la frontière entre l’Ethiopie, le Soudan et l’Erythrée. Au milieu de ce grave conflit, les civils se retrouvent en grand danger.

Des hommes armés ont tué dans la nuit au moins 34 personnes lors de l’attaque « effroyable » d’un bus, dans la région de Benishangul-Gumuz, dans l’ouest de l’Ethiopie, a rapporté dimanche l’organisme national chargé des droits humains.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page