Hulusi Akar: Les forces turques restera en Libye et ne partira pas

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a déclaré que les forces turques restera en Libye et ne partira pas. Les déclarations d’Akar représentent un nouveau défi pour la position de la communauté internationale sur la question de la survie des forces étrangères et des mercenaires, alors que la communauté internationale a appelé à plusieurs reprises à leur départ de la Libye.

Les pays voisins de la Libye, les puissances régionales et internationales, ainsi qu’un large éventail de forces politiques en Libye, exigent à plusieurs reprises la sortie des forces étrangères et des mercenaires du pays, en préparation des élections présidentielles et parlementaires attendues en décembre prochain.

Akar a déclaré dans des communiqués de presse que la présence turque en Libye s’inscrit dans le cadre de la “coopération militaire et éducative” que son pays offre pour Tripoli, conformément aux accords des deux parties.

Il a indiqué dans des déclarations à la presse que son pays « fournit des conseils en matière de sécurité et de formation, et que les Turcs ne sont pas des étrangers en Libye, mais continuent leurs activités là-bas à l’invitation du gouvernement.

L’analyste stratégique libyen Muhammad Al-Tarhouni estime que les déclarations du ministre turc s’inscrivent dans le cadre de la vision de son pays pour la région occidentale de la Libye comme « son fief », d’autant plus qu’il y a des parties libyennes qui leur ont permis depuis la région de Tripoli et fait l’argent du peuple libyen au service de l’économie effondrée d’Ankara.

A son tour, Al-Kilani Al-Maghribi, un analyste politique libyen, a dénoncé les déclarations d’Akar, appelant au principe de réciprocité avec Ankara : « Si les forces turques ne sont pas étrangères, alors les Libyens ont le droit d’exiger qu’Ankara ouvre des bases militaires et Des officiers libyens qui ont fait leurs études dans les meilleurs collèges militaires du monde arabe leur rendent visite, comme ceux qui ont étudié en Égypte.

Les déclarations et les visites du ministre turc en Libye se sont poursuivies et, lors d’une visite inopinée qu’il n’a pas coordonnée avec le gouvernement libyen, il s’est rendu à Akar Tripoli dans le cadre d’une délégation de haut niveau dirigée par le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu en juin dernier, ce qui a déclenché à l’époque une vague de colère généralisée dans la rue libyenne.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page