Des pays européens demandent à Israël de stopper ses colonies

La France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni, par leurs ministères des Affaires étrangères, demandent au gouvernement d’Israël de “mettre un terme à sa politique d’extension des colonies de peuplement dans les territoires palestiniens occupés”.

Dans un communiqué commun publié par leurs ministères des Affaires étrangères, les cinq pays européens demandent “instamment au gouvernement d’Israël de revenir sur sa décision de procéder à la construction de 540 nouvelles unités de logements dans la colonie de Har Homa en Cisjordanie occupée, et de mettre un terme à sa politique d’extension des colonies de peuplement dans les territoires palestiniens occupés”.

Paris, Berlin, Madrid, Rome et Londres expriment une nouvelle fois leur condamnation. Jeudi 6 mai, ces cinq puissances européennes ont appelé Israël à stopper la construction de nouveaux logements dans de nouveaux territoires occupés en Cisjordanie.

La décision d’accroître les colonies à Har Homa “s’ajoute à l’accélération de la colonisation à Givat HaMatos et à la poursuite des expulsions à Jérusalem-Est, en particulier à Cheikh Jarrah”, soulignent les chancelleries française, britannique, allemande, espagnole et italienne.

“Les colonies sont illégales au regard du droit international et font peser une menace sur les perspectives de règlement pacifique du conflit israélo-palestinien“, déplorent les signataires du communiqué, en appelant Israéliens et Palestiniens à “s’abstenir de toute initiative unilatérale” et à “reprendre un dialogue crédible et véritable pour progresser sur la voie de la solution des deux Etats”.

Rappelant le caractère illégal des colonies au regard du droit international, Paris, Berlin, Madrid, Rome et Londres ajoutent que “si la décision d’accroître les colonies (…) était mise en œuvre, elle compromettrait davantage la perspective d’un État palestinien viable, avec Jérusalem comme capitale d’Israël et de l’État palestinien”.

“Cette décision (…) porte également atteinte aux efforts visant à rétablir la confiance entre les parties, à la suite de la reprise constructive de la coopération israélo-palestinienne”, est-il écrit dans le communiqué, qui appelle les deux parties à “s’abstenir de toute initiative unilatérale”.

La Cour suprême israélienne a fixé à lundi une nouvelle audience dans le dossier des familles palestiniennes menacées d’éviction au profit de colons israéliens à Jérusalem-Est, où des manifestations quotidiennes de soutien sont émaillées de heurts avec la police. Un nouveau rassemblement doit se tenir jeudi soir pour protester contre l’expulsion possible d’une trentaine de Palestiniens à Cheikh Jarrah, un quartier proche de la Vieille ville et point de frictions entre juifs et Palestiniens.

Le tribunal de district de Jérusalem a rendu en début d’année une décision favorable aux familles juives qui revendiquent des droits de propriété dans ce quartier de Jérusalem-Est, secteur palestinien occupé et annexé par Israël.

par: Arab Observer 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page