La Confédération terroriste d’Erdogan

Il suffit de restaurer l’histoire d’Erdogan dans ses relations avec al-Qaïda et son ancien chef Oussama ben Laden, puis le Front Al-Nusra, et Abu Bakr al-Baghdadi, le chef de l’Etat islamique, pour révéler l’appétit du chef du régime turc à aspirer le sang des pays voisins et au-delà.

En revenant un peu en arrière, en particulier en août 2018, le scénario complet du plan du régime turc pour construire des ponts de communication avec Oussama ben Laden est clair, quand il a commencé son voyage il y a plus de 40 ans et a rencontré un certain nombre de dirigeants du parti Erbakan, dans lequel Erdogan a grandi.

En 1976, ben Laden a traversé le territoire syrien pour se rendre en Turquie, où il a commencé une relation précoce avec les courants politiques à Ankara, quand il a rencontré les dirigeants du parti Erbakan, dont Erdogan est l’un des mentors de la deuxième génération.

Cette information a été révélée par les documents sur “Abbottabad” America, qui comprenaient 470000 fichiers qui incluent des documents et des clips vidéo stockés dans plus de 5 ordinateurs, et des dizaines de disques durs qui ont été trouvés dans la cachette de Ben Laden après sa mort.

Lorsque Ben Laden a commencé sa visite en Turquie, Erdogan était à la tête des comités de jeunes du Parti du National Safety Party, dans la région de Beyoglu, et la même année, il a pris la présidence des comités de jeunes du parti pour toute la ville d’Istanbul.

Ben Laden parle lors de cette visite, il avait 19 ans, et il a rencontré un certain nombre de responsables du National Safety Party, qu’il a décrit comme le Parti Erbakan dans une ville dont le nom n’a pas été mentionné.

Il est vrai que le chef d’Al-Qaïda n’a pas fourni de détails sur l’identité des personnes qu’il a rencontrées et le but de la visite et ses résultats, et si Erdogan l’avait rencontré pendant cette période ou non, mais le journal turc “Al-Zaman” a rapporté que Erdogan a nommé “Osama” son neveu Mustafa, qui est né le 5 Septembre 1995 dans le quartier d’Askudar à Istanbul.

أردوغان
أErdogan s’assied à genoux à côté de l’assistant de ben Laden
(Gulbuddin Hekmatyar)

La nomination des documents américains comme “Abbottabad” est attribuée à l’endroit où Ben Laden a été tué, où l’armée américaine, sous la supervision de la CIA, a effectué l’opération de l’aube le lundi 2 mai 2011, dans une zone située à 120 kilomètres d’Islamabad, la capitale pakistanaise.

Le long de la frontière entre la Syrie et la Turquie, Erdogan a profité de la situation fragile dans le quartier sud de son pays, en commençant à injecter des militants de Jabhat al-Nusra, affiliés à al-Qaida, à Idlib et dans d’autres positions syriennes.

Depuis le début de la situation en Syrie en 2011, la Turquie s’est précipitée pour soutenir le Front Al-Nusra (branche d’Al-Qaïda) et la coalition Ahrar Al-Sham, tandis que les responsables turcs ont reconnu avoir fourni un soutien logistique et de renseignement au centre de commandement de cette alliance, publié par le journal britannique The Independent en 2014.

Al-Nusra a tenté de changer sa peau, après avoir été classé comme un terroriste à l’échelle mondiale, se faisant appeler le Front Fatah al-Sham, entamant une nouvelle phase de communication entre lui et le régime d’Erdogan.

La réalisation la plus importante du “Fatah al-Sham” pour Erdogan a peut-être été la remise de la Turquie à des points clés sous le contrôle du premier dans la campagne d’Alep, en plus du passage de dizaines de véhicules appartenant à l’armée turque et du déploiement à Idlib.

Fin novembre 2015, le président russe Vladimir Poutine a directement accusé Ankara d’avoir aidé des organisations terroristes de l’Etat islamique et d’al-Qaida en utilisant le territoire turc pour faire passer clandestinement et transférer des armes à ces groupes extrémistes.

Le magazine américain Foreign Policy, les accusations multilatérales du régime d’Erdogan abritant des extrémistes, a culminé dans un rapport en avril 2018, qui a confirmé qu’en 2013 ,30 000 militants ont traversé le territoire turc en Syrie dans ce qu’on appelle la « route djihadiste ».

Non seulement, le magazine américain a-t-il dit cela, mais il a plutôt indiqué que des membres blessés du groupe terroriste ISIS avaient été soignés gratuitement dans des hôpitaux du sud-est de la Turquie.

En ce qui concerne le dossier libyen, ce n’est pas un secret pour ses partisans que les villes turques sont devenues un refuge pour les dirigeants terroristes du monde, en particulier la Libye, pour inciter par le biais de leurs plateformes médiatiques et de leurs chaînes satellites contre l’armée nationale libyenne.

En plus de ce soutien, il y a le soutien total de la Turquie à Abd al-Hakim Belhadj, chef du groupe libyen, Ali al-Salabi, représentant de l’Union des boursiers al-Qaradawi en Libye, et “Mufti of Terrorism”, Sadiq al-Ghayrani.

أردوغان مع عدد من رموز الارهاب

Plusieurs chaînes d’appels terroristes sont diffusées depuis la Turquie, en particulier Al-Tanasah, Libya al-Ahrar, Al-Naba et les chaînes de soutien terroriste de la Fraternité dans le monde, comme Al-Sharq, moukamilin et d’autres.

Dans un rapport daté du 23 février 2015, le Comité d’experts des Nations Unies a reconnu le soutien de la Turquie au terrorisme en Libye, en particulier aux milices du coup d’État «Dawn Libya», notant que la Turquie avait fourni des armes à des terroristes par les ports aériens et maritimes.

La Turquie a tenté de transférer des armes à des terroristes en Libye le 17 décembre 2018, mais les services de sécurité de Mina Al-Khums ont réussi à saisir l’accord sur les armes avant de le faire passer aux milices, dans ce qui était connu comme le “navire de la mort”.

À l’époque, l’accord sur les armes à Ankara comprenait 3 000 pistolets de 9 mm, 120 pistolets Brita, 400 fusils et 4,3 millions de balles, tous de fabrication turque.

Deux mois avant cet accord, en particulier en février 2019, l’armée libyenne avait réussi à saisir une cargaison d’armes similaire dans le même port pour faire passer clandestinement des véhicules blindés et des VUS.

Selon un rapport publié par le site Internet de l’American Monitor en mai dernier, la Turquie est embourbée à ses oreilles pour soutenir le terrorisme en Libye.

Et suite à la séquence géographique des attaques menées par “Al-Qaïda au Maghreb islamique” et sa branche “Ansar al-Sharia” en Libye, depuis 2011, il arrivera sans effort que l’organisation terroriste tient à ne pas viser la région occidentale, en particulier Tripoli et ses environs, siège du gouvernement des Frères soutenus par la Turquie.

Et en juillet dernier, un rapport publié par le Swedish European Nordic Monitor a révélé que le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan protégeait les entreprises locales impliquées dans le trafic d’armes vers la Libye.

Une carte géographique limitée dans laquelle l’organisation évolue révèle les pistes de jeu dans un pays devenu champ de bataille et un gâteau que les Frères musulmans cherchent à partager avec la Turquie et le Qatar, d’autant plus que l’organisation coopère avec les “compagnies de défense de Benghazi” dirigées par Abdul Rahman Al Gharyani, et le dernier est un dangereux terroriste soutenu par le Qatar.

Non seulement, le rapport a été traité par les journaux libyens, mais il a plutôt indiqué que l’équipe d’experts du Conseil de sécurité a confirmé que la Turquie avait envoyé une cargaison d’armes à un groupe lié à al-Qaïda à Benghazi en 2017, ce qui explique les équilibres sur le terrain.

Dans divers rapports, les journaux européens ont révélé l’inquiétude de 11 pays du vieux continent face à la propagation croissante de l’organisation extrémiste turque Milli Görüs (Vision nationale), après que les organisations du régime Recep Tayyip Erdogan sont devenues plus influentes et un outil d’extrémisme et d’espionnage en Europe.

Dans une étude précédente, publiée par l’American Hudson Institute for Studies (non gouvernemental), le chercheur Wilhelber a souligné que cet organisation est la plus extrémiste et influente en Allemagne et l’une des organisations les plus importantes actives dans la diaspora turque en Europe.

En général, l’organisation compte 87 000 membres en Europe, dont 30 000 rien qu’en Allemagne, alors qu’elle suit des cours dans les mosquées et ses institutions 300 000 personnes par semaine.

“Milli Görüs” a connu une expansion considérable et inquiétante en Europe au cours des quatre dernières années, le nombre de mosquées sous son égide étant passé de 510 à 650, en plus de deux mille centres culturels, jeunesse et femmes, selon un rapport du journal autrichien “Die Presse”.

En Allemagne, l’organisation fonctionne sous son nom d’origine, “Milli Görüs”, et compte au moins 323 mosquées dans le pays, en plus de centaines de centres culturels et de jeunesse.

En Autriche, le mouvement est actif sous le nom de “Union islamique” et il possède 22 mosquées dans le pays, 40 institutions éducatives et culturelles et 12 000 membres, tandis que les cours de l’Union seront suivis par quelque 20 000 personnes le vendredi, selon l’agence de presse officielle autrichienne.

L’organisation turque se concentre sur une intégration claire dans les sociétés européennes, comme couverture de ses actions et objectifs réels.

Pour contrer la menace des “Milli Görüs”, le Parlement autrichien a émis une recommandation au gouvernement pour l’interdire en Autriche fin septembre.

Le journal autrichien “Austreich” a déclaré: “La liste maintenant” et les deux partis du Parti populaire (la majorité) et de la liberté, ont réussi lors de la session parlementaire du 26 septembre de l’année dernière, en passant une recommandation au gouvernement d’interdire le “Milli Görüs” associé à la Confrérie.

Selon le rapport, la recommandation demande au gouvernement d’examiner et de contrôler toutes les organisations affiliées à “Milli Görüs” en Autriche.

Dans plusieurs États, notamment en Bavière (Sud), l’autorité allemande de protection constitutionnelle, Milli Görüs, est sous son contrôle.

L’Autorité de protection constitutionnelle est généralement soumise à des organisations et à des individus qui constituent une menace majeure pour la démocratie et visent à saper le système politique pour sa surveillance.

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer