La confrérie menace les parlementaires tunisiens d’un assassinat

Il a tenu le député du Mouvement populaire national en Tunisie Haykal al-Makki responsable de sa sécurité pour le chef de l’organisation des Frères musulmans dans le pays Rachid Ghannouchi, après avoir fait l’objet d’une campagne de diffamation qui constituait une menace directe d’assassinat et de liquidation.
Deux parlementaires tunisiens ont déclaré avoir reçu des menaces de mort après avoir critiqué les Frères musulmans et le président turc Recep Tayyip Erdogan.

Al-Makki a attaqué les Frères terroristes et le régime turc dirigé par le président Recep Tayyip Erdogan et les a accusés de travailler à saper la paix et la stabilité dans la région.
Dans le texte d’un message qu’il a envoyé à Ghannouchi en sa qualité de président du Parlement, Al-Makki a déclaré qu’il avait reçu ces menaces après avoir salué lors d’une session parlementaire aux armées de la Tunisie, de la Syrie et de la Libye dirigées par le feld-maréchal Khalifa Haftar pour leurs efforts dans la résistance aux groupes islamiques politiques soutenus par la Turquie.

Al-Makki a également adressé, selon les graves menaces d’assassinat, une lettre à Ghannouchi disant: “Nous, en tant que chef des Frères musulmans en Tunisie, portons ma sécurité physique”, considérant que Ghannouchi représente l’un des chefs de file de l’organisation terroriste au niveau international.
Les mêmes menaces ont également touché le député du mouvement “Tahya Tounes“, Mabrouk Korchid, qui a annoncé dans des déclarations aux médias qu’il avait reçu une promesse d’assassinat d’un chef du mouvement des Frères musulmans Ennahdha dans le sud du gouvernorat de Médenine.

Ces campagnes agressives se sont déroulées dans le contexte de son attitude négative envers le régime turc et des rôles sanglants de l’organisation des Frères musulmans dans la région.
La semaine dernière, Korchid a estimé lors d’une audition parlementaire pour le ministre tunisien des Affaires étrangères Noureddine El-Rai que “Ankara est la source de la ruine et de l’aggravation de la situation en Libye et au Moyen-Orient”, soulignant que le rôle turc n’a pas aidé à instaurer la paix dans la région depuis 8 ans.

Dans son discours au Parlement, il a accusé le régime turc d’envoyer des mercenaires armés pour répandre du sang libyen et alimenter la guerre civile dans la région arabe.
Il a décrit le gouvernement Fayez al-Sarraj comme un gouvernement qui n’a pas de légitimité, affirmant que c’est un gouvernement qui comprend “des milices armées et terroristes” comme il l’a décrit, appelant la diplomatie tunisienne à gérer rationnellement les développements de la situation libyenne et à ne pas être entraînée derrière le complot turc.

Le chef du Parti destourien libre de Tunisie, Abir Moussi, a qualifié le parlement tunisien de “ferme” de la confrérie, accusant Ghannouchi d’avoir violé la loi et les normes constitutionnelles, soulignant qu’il y a plus d’un soupçon de corruption à proximité de son bureau.
Les observateurs tunisiens ont accusé le président du Parlement Rachid Ghannouchi de faire du Parlement une organisation secrète et un centre pour servir les objectifs de l’organisation des Frères internationaux en Libye, depuis son entrée en fonction il y a sept mois.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page