Abir Moussi met en garde contre la domination de la Confrérie sur l’Etat tunisien

La présidente du parti Destourien Libre en Tunisie, Abir Moussi et son parti à l’ heure actuelle , une lutte acharnée avec le mouvement Ennahdha et des forces civiles qui les soutiennent, où l’ opinion publique a été témoin de la farouche opposition des orientations islamiques du mouvement et une pierre d’ achoppement debout en face de leurs ordres du jour.
Moussi était connue pour ses positions anti-islamistes, ainsi que pour les partis s’alignant avec elle , en particulier le parti Heart of Tunisia dirigé par l’homme d’affaires et les médias Nabil Karoui.

Abir Moussi a souligné l’adhésion de son parti à ses positions et a déclaré: “Nous n’avons pas modifié ou contredit nos positions en soulevant des divergences politiques pendant la crise de la propagation du virus Corona dans notre pays, mais cela ne signifie pas le silence sur tout soupçon de corruption ou les tentatives de marginaliser l’opposition et de faire taire sa voix et son rôle de supervision comme certains le souhaitent, ni Cela signifie également de ne pas dénoncer et mettre en garde contre le danger d’un recrutement politique à des œuvres caritatives, en particulier à la lumière de l’effondrement des moyens de subsistance et des souffrances de plusieurs groupes. Si nous restons silencieux, nous pourrions faire face à pire.

La présidente du parti Destourien Libre Abir Moussi a mis en garde contre ce qu’elle a appelé “la dictature du consensus que de nombreux partis tentent d’imposer sur la scène politique”. Elle a expliqué: “Depuis son arrivée en Tunisie, la Confrérie cherche à contrôler unilatéralement la scène politique et à dominer toutes les articulations de l’État, et tout. Nous avons surveillé au sein des mouvements de l’organisation la présence de tentatives et de projets à la Chambre des représentants pour former une coalition politique qui se développe en raison du rapprochement entre le Président du Parlement et le président du Mouvement Ennahdha, Rashid Ghannouchi. Et parmi certains pouvoirs civils, et donc la domination de la Confrérie sur le Parlement sera renouvelée, pour nier l’opinion contraire sous la bannière de la crise.

Elle a souligné que la crise actuelle ne signifie pas le silence sur la corruption et les violations des lois et procédures. Actuellement, la voix de l’opposition est réduite au silence et son rôle obstructionniste est entravé. Aujourd’hui, en définissant les discussions en séances publiques et au sein des commissions, les députés sont privés de leur droit à un examen approfondi des projets de résolution et des projets de loi ou de révision Le système interne du Parlement sous prétexte de mesures exceptionnelles. “Cela se passe avec nous au sein du Parti constitutionnel”, a-t-elle déclaré. “Nous ne garderons pas le silence et nous le contesterons légalement”.

La présidente du parti Destourien Libre a déclaré dans une interview à la “DPA” que la situation économique et sociale en Tunisie était difficile avant la pandémie, bien que le gouvernement, comme tout le monde l’a surveillé, ait trébuché dans sa mise en œuvre des mesures sociales et économiques qu’il a annoncées pour limiter les répercussions de la crise sur les groupes et institutions vulnérables. Dans un premier temps, nous avons été témoins du retard dans la distribution de l’aide sociale à travers le pays et du surpeuplement humain qu’elle a créé, ainsi que d’une liste de bénéficiaires entassés. Récemment, nous avons suivi la question des masques médicaux, qui sont en violation de la loi et ignorent le système anti-corruption, qui approfondit tous les doutes sur la gestion de la crise par le gouvernement. .

“Il y a des problèmes généraux qui ne peuvent être négligés sous prétexte que le scepticisme et l’arrêt de toute action entraveront les décisions urgentes requises par la crise. Par conséquent, nous avons décidé au sein du parti de recourir au judiciaire pour suivre l’accord suspect de muselières médicales, et nous exigerons la responsabilité du Premier ministre et des ministres qui violent, et nous soumettrons également une demande au pouvoir judiciaire administratif.” Suspendre la mise en œuvre et l’annulation des décisions d’octroi de marchés publics en violation des lois sur la fonction publique et de la constitution. ”

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page