Un accord suspect pour produire des millions de masques en Tunisie

Les autorités tunisiennes ont ouvert une enquête sur un “accord suspect” visant à produire des millions de masques médicaux, suscité l’opinion publique, entre le ministre de l’Industrie et un député au Parlement, au milieu des demandes de révocation du ministre et de la levée de l’immunité du député.
En détail, le chef de la commission de la réforme administrative, de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption, Badruddin Qamudi, a expliqué que, dans le cadre des préparatifs du gouvernement pour lever progressivement la quarantaine, il a demandé au ministère de l’Industrie de fournir plus de 30 millions de masques médicaux en prévision de l’imposition de les porter. Cependant, il semble qu’une faille ait été commise dans la conclusion d’accords entre le ministère de l’Industrie et des industriels spécialisés dans la production de museaux au milieu de l’odeur de manipulation.

Il a ajouté que le ministre de l’Industrie, Saleh bin Youssef, avait demandé à l’une des usines spécialisées de fournir d’urgence deux millions des muselières, et que les spécifications techniques requises pour les masques avaient été divulguées, de sorte que quelqu’un a vidé le marché du tissu pour la fabrication de masques et acheté toutes les quantités disponibles pour les monopoliser, avant de découvrir que l’usine qui a bénéficié de l’accord est la propriété d’un parlementaire.
Par ailleurs, Qumudi a souligné que ce dossier complexe fait toujours l’objet d’un suivi pour rassembler toutes les données, montrer la vérité puis détenir toutes les parties responsables impliquées et liées à cette question, qui affecte les deniers publics.

Pour sa part, la présidente de la commission de l’industrie du Parlement, Abir Moussi, a révélé qu’un membre du Parlement était “impliqué” dans la conclusion d’un marché public pour une entreprise qu’il possédait pour fabriquer deux millions de masques médicaux, ce que le ministère des Finances avait demandé d’urgence au ministère de l’Industrie.
Et considéré dans un vidéo publié sur sa page Facebook, qu’il s’agit d’une “violation grave de la loi”, en particulier du fait que le chapitre 25 de la constitution “empêche les députés de conclure des accords commerciaux avec l’État ou des groupes publics, des institutions et des établissements publics”.

Dans le même contexte, la Commission nationale de lutte contre la corruption a confirmé l’existence d’un soupçon de corruption lié aux deux accords de fabrication de 32 millions de masques de protection non médicaux et de deux millions de muselières de même classe au profit de chacun des ministères de l’industrie, de la santé et du commerce, notant qu’elle avait renvoyé ce dossier avec les documents au procureur de la République près le tribunal de première instance de Tunisie pour mener une enquête.

En réponse à la controverse soulevée par l’accord de fabrication de masques médicaux et aux accusations portées contre lui avec favoritisme et soupçonné de corruption, le ministre de l’Industrie Saleh bin Yusef a expliqué lors d’une conférence de presse vendredi qu’il ne savait pas que l’usine avec laquelle il avait accepté de demander la fabrication de 32 millions de masques de protection appartenant au député au Parlement Jalal al-Zayati.

Il a également souligné que la question “n’est pas liée à un accord, mais à une demande urgente, et nous l’avons adressée à l’usine susmentionnée, à condition que le prix d’une muselière ne dépasse pas 2400 milimes (0,8 $), avec la nécessité que les marchandises soient conformes aux spécifications requises, d’autant plus que la situation que traverse le pays est exceptionnelle et affecte La santé du citoyen, et il n’y a pas de temps pour publier la demande de propositions. ”
Pour sa part, le député Jalal Al-Zayati a déclaré dans un communiqué télévisé que le ministre de l’Industrie lui a demandé en tant que propriétaire d’une institution spécialisée dans la fabrication d’équipements médicaux et non pas en tant que député, et lui avait demandé de fabriquer deux millions de muselières en deux semaines, alors il a accepté de soutenir les efforts de l’État dans la lutte contre le Coronavirus. .

Ce dossier a suscité une large polémique parmi les Tunisiens, qui ont estimé que la crise de Coronavirus révélait au public l’exploitation par certaines parties du pays des conditions actuelles d’enrichissement illicite en pratiquant le monopole et en manipulant les marchés publics.
Le Parti républicain a exigé la révocation immédiate du ministre de l’Industrie de ses fonctions, l’ouverture d’une enquête judiciaire et l’accélération de l’immunité de l’un des membres présumés du Parlement jusqu’à ce que la recherche prenne son cours naturel , dénonçant le retard des partis qui ont participé à la décision sous prétexte de lutter contre la guerre sainte contre la corruption, pour révéler l’existence d’un soupçon de corruption”, en attribuant au ministère de l’Industrie un accord pour la fabrication de masques médicaux pour un député au Parlement. ”

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page