La fraternité tente de contrôler les articulations de l’État libyen

Des experts et juristes libyens ont mis en garde contre les tentatives de l’organisation de la Fraternité d’étendre son contrôle sur les articulations de l’Etat libyen.

Les experts ont souligné que la Fraternité n’abandonnera pas les centres de pouvoir qu’elle a atteints, mais essaiera par tous les moyens et suivra toutes les méthodes qui garantissent leur pérennité, même en apparaissant dans d’autres personnalités qui ne sont pas connus pour leur loyauté.

Ils ont indiqué que le Conseil d’État, qui est sous leur contrôle, est toujours en train de négocier pour permettre aux membres de l’organisation de diriger le secteur économique et les positions politiques de l’État libyen.

Dimanche dernier, un comité de gestion temporaire a été formé pour la Banque étrangère libyenne, et les nouveaux postes ont été attribués à des dirigeants des Frères musulmans et terroristes qui tentaient auparavant de contrôler les institutions de l’État avec l’aide de milices armées.

La décision a confié la présidence du comité de gestion temporaire de la banque à Mohammed Ali Al-Darrat, Khaled Al-Consul comme adjoint, et les membres d’Ahmed Al-Abbar, Ahmed Al-Muntasir Al-Mahioub, Mustafa Al-Manea, Alman Abdel-Qader et Khaled Al-Hami.

L’expert politique et universitaire libyen arabe, Abu Bakr Al-Werfalli, a déclaré qu’il était probable que le conflit serait féroce entre ceux qui assumeraient les positions souveraines et qu’aucun consensus ne se produirait à la lumière de la présence des Frères musulmans.

“Nous remarquons que leurs efforts se poursuivent pour consolider ce contrôle, ainsi que pour pousser de nouveaux visages des deuxième et troisième rangs de la Fraternité ou des visages alliés avec eux”, a-t-il dit.

Quant à Fariha al-Jilani, elle estime que les Frères terroristes ont déformé les partis politiques libyens qui sont à la base de la démocratie.

Et elle a mis en garde contre l’adoption d’une approche régionale dans le choix de qui assumerait les positions souveraines, comme cela s’est produit dans la présentation du gouvernement d’unité nationale, qui a été construit sur la base d’une représentation tribale et régionale.

De son côté, l’analyste politique libyen Abdullah Al-Shaibani estime que l’ensemble des événements indiquent que la Fraternité a commencé à «décollez sa peau» pour entrer par de nouveaux faces des rangées arriere de l’organisation.

Il a confirmé qu’ils avaient réussi à nommer Mohammed Al-Darrat, connu pour sa loyauté envers le groupe terroriste, à la tête de la Banque étrangère libyenne, qui placerait les comptes de l’État libyen sous le contrôle du groupe à l’intérieur et à l’extérieur.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page