L’Afrique du Sud suspendait l’utilisation du vaccin AstraZeneca

Le gouvernement de l’Afrique du Sud a annoncé qu’il suspendait l’utilisation du vaccin contre le coronavirus développé par AstraZeneca, après que des données ont montré qu’il était peu efficace pour prévenir les infections causées par le principal variant détecté dans le pays.

Le ministre de la Santé, Zweli Mkhize, a déclaré que le gouvernement attendait les recommandations des scientifiques sur la marche à suivre pour les vaccinations.

Avant la circulation du variant plus contagieux du coronavirus, le vaccin développé par AstraZeneca était donné efficace dans 75% des cas. Des études ont montré toutefois qu’il limitait peu les symptômes légers de la maladie.

L’Afrique du Sud espère vacciner 40 millions de personnes, soit les deux tiers de sa population, mais n’a pas encore débuté sa campagne de vaccination. Elle espérait pouvoir administrer lundi des doses du vaccin AstraZeneca au personnel de santé; au lieu de cela, les premières vaccinations devraient avoir lieu dans les prochaines semaines, avec les vaccins de Johnson & Johnson et de Pfizer-BioNTech.

Des chercheurs de l’Université de Witwatersrand et de l’Université d’Oxford ont déclaré dans une étude préliminaire à leurs pairs que le vaccin AstraZeneca offrait une faible protection contre le variant sud-africain chez les jeunes souffrant d’une infection légère ou modérée.

Le laboratoire a indiqué samedi 6 février que son vaccin semblait protéger contre les formes les plus graves de la maladie. Il a fait savoir qu’il avait déjà commencé à adapter son vaccin au variant sud-africain.

Si les vaccins ne sont pas aussi efficaces que prévu contre les variants du coronavirus, la bataille contre l’épidémie pourrait s’avérer plus longue et plus coûteuse qu’initialement estimée.

Selon Sarah Gilbert, professeur de vaccinologie à l’Université d’Oxford, des recherches sont en cours pour développer une nouvelle génération de vaccins de rappel qui permettront une protection contre les nouveaux variants.

“C’est le même problème auquel sont confrontés tous les développeurs de vaccins, et nous continuerons de surveiller l’émergence de nouvelles variantes qui se présenteront en prévision d’un changement de souche dans l’avenir”, a-t-elle déclaré.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page