L’armée nationale libyenne ne remettra la direction qu’à un président élu par le peuple

L’armée nationale libyenne, dirigée par le maréchal Khalifa Haftar, a annoncé vendredi qu’elle “ne remettra la direction de l’armée qu’à un président démocratiquement élu par le peuple libyen”.

Le directeur de l’orientation morale de l’armée nationale libyenne, Khaled Al-Mahjoub a déclaré dans un communiqué de presse que la mission du nouveau gouvernement en Libye, issu du Forum de dialogue politique libyen, vise à organiser des élections présidentielles et parlementaires dans le pays dans lequel le peuple libyen exprime ses aspirations librement et en toute transparence.

Al-Mahjoub a souligné que tant qu’il y aura des forces étrangères en Libye et des mercenaires que la Turquie apporte quotidiennement et des armes en dehors de l’autorité de l’État, la nécessité d’une armée nationale organisée demeure, et ils ne remettront la direction de l’armée qu’à un président démocratiquement élu par le peuple libyen.

Cela intervient alors que le chef du gouvernement libyen, Abdel Hamid Dbeibah, a annoncé, jeudi soir, la présentation de la formation d’un gouvernement d’unité nationale au Parlement libyen.

Dbeibah a noté qu’il s’était appuyé sur la consultation et le dialogue comme base pour préparer la proposition et s’est engagé dans des cycles intensifs de consultations avec des représentants des circonscriptions à la Chambre des représentants et avec des représentants du comité de dialogue, en plus de certains représentants des composantes de la société.

Une déclaration de la présidence du groupe d’action politique en Libye a déclaré que le groupe appelle la Chambre des représentants à accélérer la tenue d’une session officielle dans le but de voter pour accorder la confiance au gouvernement proposé.

Auparavant, des sources de presse ont rapporté que le président du Parlement libyen, Aguila Saleh, avait reçu la nouvelle formation du gouvernement, notant que Dbeibah avait la remis à Saleh en préparation de la session pour gagner la confiance.

Les Libyens attendent, dans les prochaines heures, de connaître la forme et la composition du nouveau gouvernement qui mènera une nouvelle phase de transition, et sa mission sera de sortir le pays de la crise économique, sécuritaire et politique, et de le préparer à élections générales d’ici la fin de l’année.

par: Arab Observer 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page