Le coronavirus se propage dans les prisons américaines

Dans les prisons, un groupe d’experts en matière de justice pénale et de données universitaires, affirme que d’après les rapports publics, 13 436 détenus et 5 312 membres du personnel correctionnel du pays ont été testés positifs pour le coronavirus. Mais de nombreux États et le système pénitentiaire fédéral n’ont effectué qu’une petite quantité de tests. Cinq des 50 États ne communiquent même pas de données.
Mais de nombreux Etats, qui gèrent le plus gros de la population carcérale dans ce pays décentralisé, ainsi que les autorités pénitentiaires fédérales n’ont effectué que peu de tests.

Les prisons occupaient huit espaces sur la compilation par le New York Times des 10 principaux établissements infectés, avec le Marion Correctional Institution en haut.
Les raisons sont claires: les populations carcérales sont plus denses et plus difficiles à séparer que les maisons de repos et les bateaux de croisière, deux institutions les plus durement touchées par la maladie.
Thay opère également à des niveaux d’hygiène inférieurs, et un grand nombre de détenus ont des conditions préexistantes.
Et, jusqu’à présent, ils ont été peu prioritaires pour les responsables de la lutte contre la pandémie.

Le bureau fédéral des prisons, en charge dans le pays de 152.000 détenus et 36.000 employés pénitentiaires, a détecté des foyers de contagion dans plus de la moitié de ses 122 établissements.
Mais moins de 3.000 personnes ont été testées, dont 1.842 détenus et 343 employés ayant donné un résultat positif. Trente-six de ces prisonniers sont morts du Covid-19.
Sur la seule journée de jeudi, le bureau fédéral a annoncé trois morts à la prison de Terminal Island, près de Los Angeles, où quelque 60% des 1.050 détenus ont été contaminés.

“On n’a pas l’option de pouvoir fermer nos portes, ou de choisir qui arrive, ou quand”, a déclaré le directeur du bureau des prisons, Michael Carvajal, en déplorant le manque de dépistage et les difficultés à mettre en oeuvre le confinement dans ces installations souvent surpeuplées.
La situation est encore moins transparente à l’échelle des Etats. Certains, comme l’Ohio, avancent désormais plus rapidement dans le dépistage et publient leurs données. D’autres non.

Signe de la possible étendue de la maladie: CoreCivic, une entreprise privée qui gère des dizaines d’établissements pénitentiaires à travers les Etats-Unis, a testé les 2.725 occupants de la prison de Trousdale Turner, dans le Tennessee: 1.299 détenus et 50 employés étaient positifs, pratiquement aucun ne montrait de symptômes.
Dans ces circonstances, des associations de défense des détenus s’indignent que les Etats et le système fédéral n’aient pas fait plus pour libérer les prisonniers condamnés pour des peines non violentes ou proches de les avoir accomplies.
Sur les plus de 10.000 prisonniers du Kansas, “seuls six détenus ont été relâchés”, a regretté une avocate, Heather Cessna.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer