Le président algérien ouvre le dossier de communication des journalistes avec les ambassades étrangères

Journalistes, chaînes satellitaires et rédacteurs en chef de journaux impliqués dans des reportages auprès d’ambassades étrangères

Le président algérien Abdelmajid Taboun a déclaré, dans une interview télévisée aux médias locaux diffusées à la télévision d’Etat ,”les journalistes doivent être améliorés, et nous ne garderons pas le silence sur les journalistes qui se rendent dans des ambassades étrangères”.

Taboun a accusé les journalistes algériens de “collaborer” avec les ambassades étrangères en “rapportant” la situation interne à ces missions diplomatiques.

Taboun n’a pas divulgué les noms des journalistes ou des ambassades accusés de “renseignement”, mais “menacé” de les suivre et de les punir.

Il est revenu critiquer les sources de financement de certaines chaînes de télévision algériennes, et il a dit:”Il est inacceptable de créer une chaîne qui montre des programmes qui ne sont pas proportionnels aux Algériens ou même la source de leur financement est inconnue de l’extérieur, et cela n’est pas autorisé du tout”.

Il a également critiqué la diffusion de la chaîne algérienne “Shorouk” orientée par la Fraternité, avec une série comique ” qui critiquait “l’aide financière de l’Algérie à la Tunisie” lors de la récente visite du président tunisien en Algérie.

“Il est inacceptable de provoquer une crise diplomatique afin de faire rire les gens d’une émission de télévision”, a déclaré Teboun.

Cela intervient quelques jours après que les autorités algériennes ont décidé d'”ouvrir le dossier de financement externe aux médias locaux”, où le ministre algérien de la Communication Amar Belhimer a confirmé que le dossier “s’ouvrira fortement et sans exception”, soulignant qu’il sagit d’une forme d’intervention étrangère”.

Il a déclaré dans des communiqués à la presse la semaine dernière que la décision avait été prise par le président algérien, qui a décidé d'”ouvrir le dossier vigoureusement et sans exception parce que nous considérons qu’il s’agit d’une forme d’ingérence extérieure et de collusion interne, et aucun État souverain ne le permet ou ne l’accepte”, a-t-il dit.

Selon les observateurs, l’ouverture par le président algérien de la question des “contacts de journalistes avec les ambassades étrangères” est liée à des informations publiées par des médias publiées par certaines sources locales l’an dernier, qui ont rapporté que “des journalistes, des rédacteurs en chef, des chaînes satellitaires et des journaux ont été impliqués dans des reportages sur la situation politique des ambassades étrangères, y compris l’ambassade Français, et les ambassades du Qatar à Paris et à Londres”.

Les observateurs ont noté que le dossier de “la pénétration des courants de la Fraternité algériens et des médias locaux, en particulier privés”, qui fait l’objet d’un “silence” depuis plusieurs années, pourrait se transformer en un “nouveau scandale de fraternité” en Algérie.

Plusieurs informations confirment la pénétration des courants de la Fraternité dans les médias algériens, en envoyant des journalistes au rang d ‘”informateurs” qui transmettent tous les secrets internes aux médias locaux, et œuvrent à imposer les idées de la Fraternité dans les contenus médiatiques, notamment dans les programmes politiques et les newsletters.

L’une des méthodes les plus dangereuses de pénétration de la Fraternité dans de nombreux médias algériens est sa dépendance à l’égard des journalistes “qui ne professent pas leur allégeance à la Fraternité et prétendent s’opposer aux courants locaux de camouflage et de rythme de la Fraternité à tous ceux qui violent la Fraternité dans les médias”.

Certains courants des Frères musulmans recueillent des rapports de leurs «journalistes informatifs» pour «les présenter comme des informations grasses aux ambassades des régimes des Frères musulmans ou les transférer directement dans les pays impliqués dans l’espionnage de l’Algérie», selon les témoignages de journalistes qui ont travaillé dans certains médias algériens.

Les services de sécurité algériens ont également révélé, l’an dernier, l’implication de journalistes dans la réception de fonds de diplomates étrangers en échange de leur fournir des informations politiques, économiques et sociales sur l’Algérie.

Les observateurs s’attendent à ce que la déclaration du président algérien “portes de punition” s’ouvrira aux courants des Frères musulmans fidèles au Qatar et à la Turquie et à d’autres qui suivent des cercles français suspects, et révélera des faits choquants sur ce que les médias et les universitaires algériens appellent “le côté obscur des médias algériens”.

Des sources politiques algériennes ont dévoilé, l’an dernier, une “liste de journalistes, gérants de chaînes et journaux” qui feront l’objet d’enquêtes sur les cas de corruption et leurs relations avec le régime de Bouteflika et l’Etat profond, en plus des contacts avec les ambassades et les pays étrangers.

par: Arab Observer

 

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer