Le président égyptien a accusé la Fraternité de transférer l’extrémisme en France et dans le monde

Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, en visite en France, lors d’une conférence de presse conjointe avec le président français Emmanuel Macron, a accusé l’organisation des Frères musulmans de transférer implicitement l’extrémisme en France et dans le monde, notant que l’Égypte avait payé un lourd tribut en raison du terrorisme et de l’extrémisme.

Faisant référence à la Fraternité, Al- Sissi a déclaré: qu’il était de son devoir de protéger les cent millions d’Égyptiens d’une organisation extrémiste de 90 ans qui a pu pendant cette période établir des bases pour la propagation de l’extrémisme à travers le monde … et si vous étiez en France souffrant d’extrémisme, cela fait partie des idées que certains ont véhiculées leurs personnes à charge .

De son côté, le président français Emmanuel Macron a déclaré que Paris comptait sur un rôle égyptien pour résoudre la crise en Libye, expliquant que la France était intervenue en Méditerranée orientale pour empêcher la domination des mouvements unilatéraux turcs.

Macron a ajouté que la lutte contre le terrorisme constitue le cœur de la relation avec l’Égypte, soulignant qu’il ne mettra aucune condition sur la coopération de défense avec l’Égypte.

La priorité pour la France demeure le renforcement du “partenariat stratégique” avec le pays le plus peuplé du monde arabe, considéré comme un “pôle de stabilité” dans une région volatile, souligne-t-on à l’Elysée.

Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi a souligné la nécessité de faire la distinction entre l’islam et les éléments extrémistes, soulignant qu’il a discuté avec son homologue français de la situation en Méditerranée orientale, au Moyen-Orient et sur la côte africaine.

Al-Sissi a évoqué le travail visant à atteindre un équilibre entre la sécurité et la préservation des droits de l’homme, soulignant: “Nous avons plus de 55 000 organisations de la société civile en Egypte.”

Il a déclaré que l’Égypte et son peuple ne sont pas un État autoritaire, mais travaillent plutôt à stabiliser la région, accusant l’organisation des Frères musulmans de transférer implicitement l’idéologie extrémiste en France et dans le monde.

Al-Sissi rencontrera également le Premier ministre français, un certain nombre de ministres, de hauts responsables français, et les chefs de l’Assemblée nationale et du Sénat pour présenter “la vision égyptienne des crises régionales et comment y faire face, en particulier celles liées à la région de la Méditerranée orientale et du Moyen-Orient”, selon le porte-parole présidentiel.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page