Les relations entre le Qatar et Israël sont à l’honneur

«Le Qatar a répondu à la signature d’un accord de paix avec Israël», a déclaré jeudi Timothy Lenderking, sous-secrétaire d’État adjoint aux Affaires arabes du Golfe, soulignant qu’il était très ouvert à y faire face.

Des contacts secrets et publics entre le Qatar et Israël, dont les épisodes se déroulent successivement, révélant l’ampleur des relations bilatérales qu’Al-Duwailah tente de mettre dans l’ombre, dans le but de préserver un rôle qui le garantit d’alimenter la division palestinienne.

Un long bilan, Doha n’a pas réussi à cacher ses détails, tout comme il n’a pas réussi à persuader les Palestiniens de soutenir leur cause, et sa critique des mesures de paix émiraties et bahreïnies (traité d’Abraham) n’a pas occulté le fait qu’elle se dirige vers la même voie.

Il semble que le Qatar, qui a été l’un des premiers pays arabes à ouvrir des contacts directs avec Israël, trouve dans les accords de paix signés par les Émirats arabes unis et le Royaume de Bahreïn une paille avec laquelle il remonte à la surface.

Lenderking a souligné que “le dialogue avec Doha continue de le pousser vers la normalisation”, notant que “le Qatar a une histoire d’entente avec l’Etat d’Israël, et l’a traité à plusieurs reprises et publiquement”.

Il a souligné que son pays “souhaite que tous les Etats du Golfe parviennent à une éventuelle normalisation des relations avec Israël”.

Normaliser les relations avec Israël « ne peut pas être la réponse » au conflit israélo-palestinien, a déclaré un responsable qatari, ajoutant que Doha ne se joindra pas aux autres États arabes du Golfe pour établir des relations diplomatiques avec Israël.

« Nous ne pensons pas que la normalisation était au cœur de ce conflit et, par conséquent, elle ne peut pas être la réponse », a déclaré lundi Lolwah al-Khater, porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar, dans une interview à Bloomberg.

Mishaal bin Hamad bin Khalifa Al Thani a déclaré que le Qatar restait attaché à l’Initiative de paix arabe, une proposition de 2002 soutenue par l’Arabie saoudite, qui promet à Israël des relations diplomatiques complètes avec l’ensemble du monde musulman en échange de la création d’un État palestinien basé sur les frontières de 1967.

« Nous croyons à une solution à deux États pour les Palestiniens et à la sécurisation des frontières d’Israël, et si ces conditions sont remplies, alors il n’y a aucune raison que le Qatar ne normalise pas ses relations avec Israël », a déclaré Al-Thani.

Les commentaires d’Al-Thani ont été publiés au lendemain de la signature des accords de normalisation des relations entre les Émirats arabes unis et le Bahreïn avec Israël lors d’une cérémonie à la Maison Blanche. Les seuls États arabes à avoir des liens officiels avec Israël étaient jusqu’à présent l’Égypte et la Jordanie.

Israël a établi des relations commerciales avec le Qatar en 1996 et y a installé un bureau, mais celui-ci a été fermé par Doha en 2000. Plusieurs anciens Premiers ministres et ministres des Affaires étrangères israéliens ont rencontré des dirigeants qataris et se sont rendus au Qatar.

De nombreux États arabes sont considérés comme des candidats potentiels pour suivre la voie ouverte par les Émirats arabes unis et le Bahreïn d’établissement de relations avec Israël, notamment le Maroc, le Soudan et Oman.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page