Les Arméniens brûlent leurs maisons avant de les remettre à l’Azerbaïdjan

Alors qu’un accord de paix parrainé par la Russie a été trouvé pour le conflit pour le contrôle de l’enclave du Haut-Karabakh, les Arméniennes brûlent leurs maisons dans les villages qui doivent être rétrocédés à l’Azerbaïdjan ce week-end.

Les Arméniennes du Haut-Karabakh qui étaient sous contrôle arménien ont mis le feu à leurs maisons avant de fuir vers l’Arménie, à la veille de sa remise à l’Azerbaïdjan en vertu de l’accord de cessez-le-feu qui restaure à l’Azerbaïdjan de vastes zones sous contrôle arménien depuis le début des années 90 du siècle dernier.

Un accord de paix signé en début de semaine entre Erevan et Bakou sous l’égide de Moscou a mis fin à près de sept semaines d’intenses combats au Nagorny Karabakh, enclave montagneuse disputée depuis des décennies entre ces deux pays du Caucase.

Depuis le coeur du Nagorny Karabakh, le village de Charektar marque l’entrée de la région de Kalvajar, une étroite vallée serpentant le long de la rivière Tartar, au pied de hautes montagnes et de falaises à pic.

Cette région fait partie du “glacis protecteur” formé par les forces arméniennes autour du Nagorny Karabakh à proprement parler, dont une partie doit également revenir à l’Azerbaïdjan selon les termes de l’accord de paix.

Charektar en est l’une des principales zones habitées, et sans doute plus de la moitié des maisons du village, pour beaucoup de modestes masures de paysans de montagnes, y ont été incendiées ces dernières 24 heures par leurs propriétaires sur le départ.

“C’est ma maison, je ne peux pas la laisser aux Turcs”, comme les Arméniens appellent souvent les Azerbaïdjanais. Toute l’habitation été vidée, il ne reste qu’une énorme baignoire à massage au milieu d’une chambre, laissée là on ne sait pas pourquoi, et dont le plastique commence à fondre sous la chaleur du brasier.

“Si je n’arrive pas à trouver un véhicule, je crame tout”, grogne Sargis, 46 ans, assis devant sa maison crasseuse. Les prix ont flambé, et impossible de trouver un véhicule.

Un journaliste de l’AFP a vu des habitants incendier leurs demeures ce samedi matin dans le village de Charektar, dans la zone frontalière avec le Nagorny Karabakh. Selon un autre journaliste, de Reuters, la moitié des maisons du village ont déjà été incendiées dans ce village perché dans les montagnes. Officiellement situé en territoire azerbaïdjanais mais dans les faits habités par les seuls Arméniens depuis la fin du conflit des années 1990, Charektar repassera dimanche sous administration azerbaïdjanaise.

L’accord de paix signé sous l’égide de Moscou a mis fin aux combats au Nagorny Karabakh, , l’Azerbaïdjan reconquiert de larges territoires sous contrôle arménien depuis une première guerre dans le début des années 1990.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page