Les négociations entre les parties libyennes commencent dimanche à Rabat

Des sources politiques bien informées ont indiqué, samedi, que les négociations entre les parties libyennes commenceront dimanche prochain dans une banlieue de la capitale marocaine, Rabat.

Le Maroc accueillera bientôt deux délégations libyennes, pour tenter de consolider le cessez-le-feu et relancer le processus politique. Les deux parties représentent respectivement, le parlement libyen, basé à Tobrouk, dans l’Est, et l’autre, le Haut Conseil de l’État, basé à Tripoli.

Pour le moment, les deux camps, pas plus que l’arbitrage marocain, n’ont pas dévoilé totalement le contenu de ces rencontres qui vont s’étendre sur plusieurs jours. Dans le cadre de cette rencontre en terre marocaine, une source affirme la formation de deux comités de dialogues, composés chacun de 7 personnes, qui tenteront à travers un dialogue sincère d’avancer sur les différends qui les opposent.

Cela intervient à un moment où les pourparlers libyens devraient reprendre à Genève la semaine prochaine, après une impulsion européenne majeure dans cette direction.

Josep Borrell, le représentant de la politique étrangère et de sécurité de l’Union européenne, avait intensifié ses réunions ces derniers jours dans ce contexte, et il a rencontré le chef du gouvernement d’union libyen, Fayez al-Sarraj, et des membres du Conseil de gouvernement à Tripoli, après l’annonce de l’accord de cessez-le-feu, et il a également rencontré la présidente du Parlement, Aguila Saleh.

Dans le but de préparer cette rencontre, Stéphanie Williams, la représentante spéciale par intérim de l’ONU en Libye a effectué une tournée notamment à Rabat, au Caire et à Tunis, au cours de la semaine, appelant les deux partis à la table de négociations.

Conscient que la stabilité de la Libye est importante pour la sécurité de toute la région, le Maroc n’a de cesse d’œuvrer pour un rapprochement des points de vue entre les protagonistes de la crise.

Il faut rappeler que depuis plus de 15 mois, les relations sont rompues entre les parties libyennes. Les assises du Maroc devront donc permettre de « surmonter les difficultés et s’entendre sur certains détails de l’initiative d’Aguila Saleh », le chef du Parlement de l’Est. Mais également, elles visent à s’entendre sur « le partage du pouvoir et des revenus pétroliers », affirme la même source.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer