Liban: La formation du nouveau gouvernement

Après un an d’attente, le Liban a désormais un nouveau gouvernement. Le Premier ministre Najib Mikati et le président Michel Aoun ont signé, vendredi 10 septembre, le décret de formation du nouveau gouvernement, en présence du président du Parlement, Nabih Berri.

Le Liban s’est doté vendredi d’un nouveau gouvernement dirigé par Najib Mikati, au terme de treize mois de tractations politiques. Le président français Emmanuel Macron a salué “une étape indispensable” tout en rappelant les responsables politiques à leurs engagements.

La nouvelle équipe comporte des personnalités apolitiques, dont certaines jouissent d’une bonne réputation, à l’instar de Firas Abiad, directeur de l’hôpital gouvernemental Rafic-Hariri, fer de lance de la lutte contre le coronavirus. Le gouvernement de 24 ministres devrait tenir sa première réunion lundi, a indiqué le secrétaire général du Conseil des ministres, Mahmoud Makiyye.

Le Liban était dépourvu de gouvernement depuis plus d’un an, le Premier ministre Hassan Diab ayant démissionné en août 2020, une semaine après la double explosion meurtrière dans le port de Beyrouth.

Il s’agit pour la communauté internationale d’une étape incontournable pour sortir le Liban de la crise et débloquer d’autres aides substantielles. Depuis plus d’un an, celle-ci conditionne en effet son aide à la formation d’un gouvernement capable de lutter contre la corruption et de mener des réformes indispensables.

Emmanuel Macron, qui suit de près le dossier libanais et avait accusé début août la classe dirigeante de faire “le pari du pourrissement”, a salué dans un communiqué l'”étape indispensable” que constitue, selon lui, la formation d’un nouveau gouvernement au Liban pour “sortir le pays de la crise profonde dans laquelle il se trouve”.

Le président français a aussi souligné “la nécessité que l’ensemble des responsables politiques se conforment aux engagements qu’ils ont pris de permettre la mise en œuvre des réformes nécessaires pour préparer l’avenir du Liban et permettre à la communauté internationale de lui apporter une aide décisive”.

La crise économique inédite que traverse le pays depuis l’été 2019 n’a eu de cesse de s’aggraver, la Banque mondiale la qualifiant d’une des pires au monde depuis 1850. Avec une inflation galopante et des licenciements massifs, 78 % de la population libanaise vit aujourd’hui sous le seuil de pauvreté, selon l’ONU.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page