Les pourparlers libyens se poursuivent au Maroc

Dans la première déclaration des négociateurs libyens, depuis le début du dialogue politique libyen-libyen au Maroc, hier, le négociateur libyen a révélé que les négociations incluaient l’article 15, qui stipule les institutions dans l’Etat libyen.

Les négociations libyennes se sont également concentrées sur les organes de contrôle, parce que cette question appartient à tous les Libyens, comme l’a dit le porte-parole libyen. Le négociateur libyen a qualifié l’atmosphère des négociations libyano-libyennes au Maroc de très positive.

Abdessalam Al-Safraoui, membre de la délégation du Conseil d’État libyen, a annoncé la possibilité de parvenir à des accords entre les deux délégations libyennes en négociation au Maroc.

Al-Safraoui, s’exprimant au nom des deux délégations de négociation libyennes, a ajouté que les Libyens se sont concentrés dans le dialogue politique au Maroc sur la division politique et institutionnelle, avec un accent sur les institutions libyennes, car la corruption est endémique en Libye, comme il l’a dit.

Les consultations du deuxième jour du dialogue libyen ont débuté dans la ville marocaine de Bouznika, entre les délégations du Parlement et du Conseil suprême d’État.

Lors de deux nouvelles sessions, les deux délégations discutent des détails, y compris la sélection des noms des personnalités qui assumeront les fonctions souveraines, la restructuration des institutions étatiques et la confirmation du cessez-le-feu, ainsi que d’autres dossiers.

Le premier cycle du dialogue s’est déroulé hier dans une atmosphère de secret sur ce qui s’est passé lors des consultations, mais les deux délégations ont publié une déclaration commune dans laquelle elles ont déclaré leur désir de parvenir à un consensus qui sortirait la Libye de sa crise.

Les délégations libyennes ont loué les efforts menés par le Maroc pour assurer un climat conviviale adéquat aidant à trouver une solution à la crise libyenne en vue de parvenir à un consensus permettant de réaliser la stabilité politique et économique du pays.

À son tour, le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a déclaré que les récents développements positifs, représentés dans le cessez-le-feu et l’introduction d’initiatives par les parties libyennes, pourraient préparer le terrain pour le progrès politique. Bourita a également appelé à ce que le dialogue se déroule dans un esprit pratique pour restaurer la confiance et construire des accords, pour sortir la Libye de la crise.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer