L’Union africaine appelle l’Éthiopie à autoriser l’acheminement de l’aide humanitaire au Tigré

L’Union africaine (UA) a appelé le gouvernement éthiopien à faire “davantage” pour permettre l’acheminement de l’aide humanitaire au Tigré en proie à un violent conflit depuis dix mois, et “garantir que la population ne meure pas de faim”.

“Nous savons que le gouvernement éthiopien fait au mieux, mais nous voulons que davantage soit fait pour garantir que la population ne meure pas de faim”, a déclaré le commissaire de l’UA aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité Bankole Adeoye. “Les femmes et les enfants (ne doivent) pas continuer à être victimes d’un conflit qui n’est pas de leur propre initiative”, a-t-il ajouté.

Le coordinateur de l’aide humanitaire par intérim de l’ONU pour l’Ethiopie, Grant Leaity, a mis en garde contre “un blocus de facto” qui fait peser le risque “de famine et de niveaux importants de mortalité”. Autorités éthiopiennes et rebelles pro-TPLF s’accusent mutuellement d’entraver l’acheminement de l’aide et d’affamer la population.

Une porte-parole d’Abiy Ahmed a assuré que le gouvernement s’employait à faciliter les accès, mais “le comportement violent et la nature violente du TPLF rendent (les choses) très difficiles pour les acteurs humanitaires”, a déclaré Billene Seyoum.

Bankole Adeoye a également exhorté les deux parties “à s’asseoir à la table” de négociations. Le conflit est un sujet délicat pour l’UA, dont le siège est basé dans la capitale éthiopienne Addis Abeba.

Plus de 150 camions d’aide humanitaire sont parvenus ces deux derniers jours dans la région éthiopienne du Tigré, où, selon l’ONU, des millions de personnes sont menacées de famine, ont annoncé samedi les autorités éthiopiennes.

Depuis une semaine, les autorités éthiopiennes ont déployé des efforts “pour mieux coordonner et faciliter le déplacement de l’aide humanitaire” vers le Tigré, a indiqué le ministère éthiopien de la Paix.

Environ 500 camions sont parvenus au Tigré depuis une semaine, dont 152 ces deux derniers jours, a précisé le ministère dans un communiqué publié sur Twitter.

Le coordinateur humanitaire par intérim des Nations unies pour l’Éthiopie, Grant Leaity, avait prévenu jeudi que la situation allait “s’aggraver de façon dramatique” et a appelé toutes les parties à permettre l’acheminement de l’aide “afin d’éviter cette catastrophe imminente”.

Des millions de personnes sont menacés de famine, dont 1,7 million de personnes dans les régions d’Afar et d’Amhara, a-t-il ajouté, précisant que “les stocks d’aide humanitaire, d’argent liquide et de carburant sont très bas ou complètement épuisés”.

L’Union africaine, dont le siège est à Addis Abeba, a également exhorté vendredi le gouvernement éthiopien à faire davantage pour prévenir la famine dans la région ravagée par dix mois de conflit.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page