Netanyahou approuve secrètement la vente d’avions de combat F-35 aux EAU

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a approuvé en privé la vente d’avions de combat F-35 aux Émirats arabes unis, malgré des déclarations répétées affirmant qu’il était contre un tel accord, a rapporté le New York Times.

Le rapport, qui cite des sources anonymes impliquées dans les pourparlers, affirme qu’en plus des avions de combat F-35, l’accord comprend également des jets EA-18G Growler, un avion de guerre électronique capable de brouiller les radars.

Des sources proches des négociations ont déclaré au quotidien américain que le chef du gouvernement israélien avait accepté le plan de l’administration Trump de vendre les F-35 aux EAU, choisissant de ne pas bloquer l’accord.

L’annonce récente selon laquelle les Emirats normalisaient leurs relations avec Israël a ramené l’accord d’armes sur le devant de la scène. Dans ce contexte, Benyamin Netanyahou a insisté sur le fait qu’il s’était toujours opposé à la vente et qu’il avait informé à plusieurs reprises Washington de son opposition.

Or, Hussein Ibish, chercheur à l’Institut des États arabes du Golfe à Washington, a déclaré au NYT que des responsables des trois pays lui avaient dit que B. Netanyahou avait donné son approbation à la vente d’armes, mais qu’il s’était ensuite abstenu de faire des déclarations publiques en raison de la colère qui a éclaté en Israël suite à l’annonce de cet accord.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a nié avoir secrètement levé son opposition à la vente d’avions de combat F-35 et d’avions Growler, équipés de brouilleurs de radar, aux Émirats arabes unis.

« Asséner de fausses allégations contre le Premier ministre Netanyahu n’en fait pas une vérité », a déclaré le cabinet du Premier ministre dans un communiqué. « À aucun moment des pourparlers avec les États-Unis qui ont conduit au succès historique avec les Émirats arabes unis le 13 août, le Premier ministre n’a donné son accord à la vente d’armes perfectionnées aux Émirats. »

Cette réponse intervient après un article du New York Times avançant que le Premier ministre avait secrètement cessé de s’opposer à la vente d’avions de combat à Abou Dhabi, bien qu’il ait assuré publiquement à de nombreuses reprises qu’il s’opposait à ce contrat.

Les responsables américains et certains partenaires de Netanyahu insistent sur le fait que ces avions ne compromettront pas l’avantage militaire d’Israël puisque les Émirats arabes unis les utiliseront pour se défendre contre leur ennemi commun, à savoir l’Iran, et que les EAU et Israël sont désormais en voie de consolider leur alliance.

Lors d’un voyage de célébration de Tel Aviv à Abou Dhabi avec les délégations américaine et israélienne cette semaine, le conseiller présidentiel américain Jared Kushner a défendu la vente de F-35, affirmant que les relations de Washington avec les Émirats arabes unis étaient aussi solides que les relations avec Israël.

Abou Dhabi a indiqué que, bien qu’il n’y ait pas de lien direct entre l’initiative diplomatique et les ventes d’armes, la normalisation avec Israël devrait faciliter la concrétisation de l’accord de vente.

Une importante délégation émiratie s’est rendue à Washington la semaine dernière pour discuter avec des responsables américains de l’accord sur les armes et des relations avec Israël, selon le reportage.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer