Trump: l’accord de normalisation UAE-Israël serait signé en trois semaines à la Maison-Blanche

Le président américain Donald Trump a annoncé que l’accord de normalisation des relations entre Israël et les Émirats arabes unis serait signé d’ici trois semaines à la Maison-Blanche.

« J’ai hâte de les accueillir très prochainement à la Maison-Blanche pour la signature formelle de l’accord. Cela se passera vraisemblablement dans les trois prochaines semaines. Ils viendront à Washington », a expliqué le président américain.

Lors de sa conférence de presse quotidienne, M. Trump a remercié le premier ministre israélien   et le prince héritier d’Abou Dhabi, le cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, « deux personnes fantastiques, pour leur vision et leur qualité de leaders ».

“Lors d’un appel entre le président américain Donald Trump et le premier ministre [israélien Benyamin Netanyahou, un accord a été trouvé pour mettre fin à toute annexion supplémentaire”, a affirmé le prince héritier d’Abou Dhabi, cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyane sur son compte Twitter.

L’Autorité palestinienne a vivement critiqué l’accord de normalisation, appelant à une réunion d’urgence de la Ligue arabe et de l’Organisation de la coopération islamique (OCI).

Le mouvement islamiste du Hamas a également vivement critiqué cet accord. Selon eux, cet accord «ne sert pas la cause palestinienne» et constitue un «chèque en blanc» pour la poursuite de «l’occupation» par l’État hébreu. Pire, cette normalisation est considérée «comme une continuation du déni des droits du peuple palestinien», a confié Hazem Qassem, porte-parole du mouvement, au pouvoir dans la bande de Gaza. «Honteux», s’est contenté de déclarer l’Iran, par le biais de son agence de presse, Tasnim.

Quant à la Jordanie, elle n’a ni salué, ni rejeté l’accord. Son chef de la diplomatie, Aymane Safadi, a affirmé que l’avenir de cette normalisation dépendrait des prochaines actions d’Israël, qui doit mettre un terme à «son entreprise illégale» d’occupation de territoires. Cette dernière mine les efforts de paix, ainsi qu’à «ses violations des droits des Palestiniens», a-t-il jugé.

Bahreïn estime que cette normalisation «contribuera au renforcement de la stabilité et de la paix dans la région».
Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a salué l’accord de normalisation entre les Emirats arabes unis et Israël, et le qualifiant d’”étape” vers une paix au Moyen-orient, «J’apprécie les efforts des artisans de cet accord pour la prospérité et la stabilité de notre région», a félicité al-Sissi.

Le chef de la diplomatie britannique, Dominic Raab, s’est lui aussi réjoui de cet accord entre «deux grands amis du Royaume-Uni». «À la fin, il n’y a pas de substitut pour des négociations directes entre les Palestiniens et Israël, seule solution pour parvenir à une solution à deux États et une paix durable», a-t-il toutefois rappelé.

De son côté, la France s’est félicitée de l’accord de normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis , le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian a déclaré que «al décision, prise dans ce cadre par les autorités israéliennes, de suspendre l’annexion de territoires palestiniens est une étape positive, qui doit devenir une mesure définitive».

Saluant l’accord dans un communiqué, le secrétaire général de l’ONU António Guterres a confié espérer qu’il créerait “une occasion pour les dirigeants israéliens et palestiniens de reprendre des négociations substantielles, débouchant sur une solution à deux Etats conformément aux résolutions onusiennes en la matière”.

Le conseiller de la Maison-Blanche Jared Kushner a estimé jeudi qu’il y avait de « fortes chances », après l’accord de normalisation des relations trouvé entre les Émirats arabes unis et Israël, que d’autres pays arabes en fassent de même dans les prochains mois avec l’État hébreu.

« Nous espérons à partir d’aujourd’hui voir d’autres pays commencer à en faire de même », a-t-il ajouté. Il n’a pas voulu donner de date précise pour l’ouverture d’ambassades entre Abou Dhabi et Israël.

par: Arab Observer

Tags
Bouton retour en haut de la page
Fermer