Macron annonce la dissolution du collectif Cheikh Yassine affiliée à la Fraternité

Le président français Emmanuel Macron s’est engagé, mardi, à intensifier les démarches contre les extrémistes après le meurtre de l’enseignant Samuel Paty par décapitation.
Le collectif pro-Hamas Cheikh Yassine fondé par Abdelhakim Sefrioui, “directement impliqué” dans l’assassinat sauvage de Samuel Paty selon Emmanuel Macron, sera dissous en Conseil des ministres mercredi, a annoncé mardi le chef de l’Etat.

Emmanuel Macron a ajouté lors d’une courte allocution à la préfecture de Bobigny que “Des décisions de ce type à l’encontre d’associations et de groupements d’individus suivront dans les prochains jours et les prochaines semaines”.

« Nous allons renforcer encore ce qui a été lancé », promet Emmanuel Macron à la sortie de la préfecture de Bobigny en Seine-Saint-Denis. « Nous savons ce qu’il y a à faire. Ce sont des actes qui sont attendus par nos concitoyens. Ces actes s’intensifieront. »

L’exécutif avait déjà annoncé sa volonté de dissoudre plusieurs associations, au premier rang desquelles le Comité contre l’islamophobie en France (CCIF) et BarakaCity, deux organisations de défense et d’aide des musulmans.

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a assuré devant les députés que des « propositions très concrètes » seront faites à Jean Castex et Emmanuel Macron « pour couper tout financement français ou de l’étranger aux associations cultuelles qui prétendent défendre l’intérêt général et qui en fait financent le terrorisme (et) pour lutter contre l’anonymat des cryptomonnaies qui permet de lever des dizaines de milliers d’euros pour financer des actes terroristes ».

Mardi, devant les députés, le Premier ministre Jean Castex a affirmé vouloir viser “toutes les associations dont la complicité avec l’islamisme radical peut être établie”.

Lundi, le ministre français de l’Intérieur a annoncé que des opérations de police sont menées et se poursuivront dans les prochains jours contre «des dizaines d’individus» de la mouvance islamiste.

«51 structures associatives verront toute la semaine un certain nombre de visites des services de l’Etat et plusieurs d’entre elles, sur ma proposition, se verront dissoudre en Conseil des ministres», a annoncé Gérald Darmanin.

Depuis 20 ans, une trentaine d’associations ont été dissoutes sur décision de l’Etat, en majorité des associations musulmanes ou d’ultra-droite.

par:  Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page