Les Palestiniens expulsent le mufti de la mosquée Al-Aqsa

La position du Président de l’Autorité et de ses hommes a provoqué, entre les Palestiniens une vague de colère qui atteint le Grand Mufti de Terre Sainte, Muhammad Hussein lors du sermon de prière du vendredi, qu’il a prononcé dans la mosquée Al-Aqsa , au cours de laquelle il a ignoré l’agression israélienne sur la bande de Gaza et les catastrophes et les malheurs humanitaires qui ont touché les civils.

Le silence de Président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas de commenter l’accord de cessez-le-feu issu des efforts égyptiens et accepté par les factions palestiniennes et Israël, certains observateurs l’interprètent comme une indication de l’isolement public qui entoure Abbas et les hommes de la l’Autorité palestinienne en raison de leurs positions négatives sur la résistance palestinienne, et la considérant comme une menace directe pour leur avenir politique et leur jugement.

Les fidèles ont crié au visage du mufti,, qui est affilié au président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, après la fin de la prière, protestant contre l’ignorer de mention le nom de Gaza pendant le sermon, et de ne pas prendre l’initiative à exécuter le prière d’absent pour les martyrs, et la suffisance de faire la prière sur l’âme d’un mort amené par sa famille pour prier pour lui.

de temps avant son départ de la chaire, les chants de la colère ont commencé à déverser leur le mufti de Palestine, l’Autorité palestinienne et son président, alors que les fidèles scandaient des slogans tels que « à l’extérieur, à l’extérieur…. Des hommes de l’Autorité à l’extérieur », tandis que les jeunes gens l’entouraient, réussirent à peine à partir, au milieu des cris de condamnation et de colère, et l’accusèrent d’avoir reçu ses instructions du bureau du président Abbas.

Le dilemme populaire auquel est confronté le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, et la politique de trêve qu’il représente pour l’occupation israélienne aux yeux des Palestiniens, était le dilemme électoral pendant la période précédant l’agression israélienne sur la bande de Gaza et les attaques contre la mosquée Al-Aqsa et le quartier de Sheikh Jarrah, ce qui l’a incité à interrompre les élections qui devaient avoir lieu au cours du mois de mai en cours.

Bien que le président de l’Autorité palestinienne tente d’améliorer son image par le biais de religieux et de certains responsables de partis marginaux de gauche ayant une influence limitée, et d’un certain nombre d’activistes de Facebook supervisés par le service général de renseignement, sa popularité continue de se détériorer, ce ouvre de nombreuses questions sur ses chances de rester au pouvoir, à la lumière du bouleversement des élections et de l’avenir de ses alliés de gauche qu’il les a abandonnés lors du processus de formation de la liste électorale du mouvement Fatah qu’il dirige, et reliant un certain nombre de leurs dirigeants avec des dossiers liés à la corruption et à l’argent.

Des sources palestiniennes bien informées affirment que le Service des renseignements généraux a créé un département spécialisé supervisé par le chef de l’agence Majid Faraj, qui extorque un certain nombre de dirigeants de partis de gauche et certains écrivains de gauche accusés de problèmes de corruption financière et morale, et leur envoie en permanence des instructions pour une position politique afin de commencer à travailler dessus, ce qui a suscité de nombreuses interrogations parmi les cadres et les membres de ces partis sur les positions de leurs dirigeants, et poussent ces cadres partisans à exiger leur démission de leurs fonctions, pour y remédier le grand isolement avec la société palestinienne dans lequel la gauche jouait un rôle central.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page