Le Pentagone: Arabie saoudite est un partenaire majeur des États-Unis dans la région

Le porte-parole du Pentagone, Anton Semmelroth, a confirmé, jeudi soir, que le Royaume d’Arabie saoudite est un partenaire majeur des États-Unis dans la région, et qu’il est un pilier important de la structure de sécurité régionale, et cela s’inscrit dans les préparatifs américains pour accroître la présence de ses forces et équipements dans le Royaume au cours de la période à venir.

En ce qui concerne l’arrêt des ventes et des transferts d’armes vers l’Arabie saoudite, ainsi que les ventes commerciales directes qui ont été autorisées par l’administration de l’ancien président Donald Trump, Similroth a souligné que cette suspension est temporaire, afin de donner à la nouvelle administration la possibilité de réexaminer. “Cette procédure administrative est routinière et exemplaire dans le processus de transition avec transparence et bonne gouvernance, ainsi que s’assurer que les ventes d’armes américaines répondent à nos objectifs stratégiques de construction d’un système de sécurité robuste pour nos partenaires, opérationnel et plus résilient.”

Le porte-parole du Pentagone pour le Moyen-Orient, Anton Semmelroth, a ajouté que le ministère de la Défense continue d’évaluer sa position au Moyen-Orient et dans la région du golfe Persique, afin d’assurer un équilibre entre les exigences opérationnelles et les risques, ainsi que pour se préparer à la réalisation des engagements mondiaux.

Semmelroth a indiqué que l’Arabie saoudite est un partenaire clé des États-Unis au Moyen-Orient et un pilier important de l’architecture de sécurité régionale, citant le témoignage du secrétaire à la Défense Lloyd Austin devant la commission des forces du Sénat la semaine dernière, selon laquelle le ministère de la Défense poursuivra les discussions avec les partenaires régionaux au Moyen-Orient pour déterminer les capacités. Il a ajouté qu’il était nécessaire de dissuader l’Iran et de soutenir la stabilité régionale “après que le ministère de la Défense ait aligné ses ressources sur la stratégie de défense, tout en augmentant l’attention du ministère et en se préparant pour la Chine”.

Le nouveau secrétaire d’État, Antony Blinken veut retirer, “de manière très urgente”, les Houthis de la liste noire américaine des “organisations terroristes”. L’inscription sur cette liste, décrétée par l’administration Trump à moins de dix jours de la fin de son mandat, est critiquée de toutes parts car elle risque d’entraver l’acheminement de l’aide humanitaire dans les vastes territoires contrôlés par les rebelles.

L’avenir de l’accord sur le nucléaire iranien, dont Donald Trump a retiré Washington en 2018, s’annonce comme l’une des priorités de la nouvelle administration américaine sur la scène internationale. Antony Blinken s’est attaché à temporiser : “Le président Biden a dit très clairement que si l’Iran respecte à nouveau pleinement ses engagements” de l’accord de 2015, “les États-Unis en feront autant. L’Iran a cessé de respecter ses engagements sur plusieurs fronts”, a souligné le nouveau chef de la diplomatie. “Cela prendra un certain temps, si l’Iran prend cette décision, de revenir dans les clous, et il faudra aussi du temps pour que nous puissions évaluer s’il respecte ses obligations. Nous en sommes loin, c’est le moins que l’on puisse dire.”

À son tour, le général Kenneth Mackenzie, commandant du commandement central sur le Moyen-Orient, a révélé que le Pentagone avait conclu un accord préliminaire avec Riyad pour utiliser les différentes bases aériennes et ports maritimes des régions occidentales du pays. Et faire face à toute guerre avec l’Iran.

Il a ajouté: “Le Golfe arabe sera des eaux contestées dans n’importe quel scénario de conflit armé avec l’Iran, nous examinons donc les endroits où nos forces se déplaceront en entrant sur le théâtre dans la zone contestée”, considérant que la partie occidentale de l’Arabie saoudite surplombe la mer Rouge a de nombreuses opportunités dans la présence militaire américaine en elle.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page