Washington promet une réponse collective à l’Iran suite à l’attaque d’un pétrolier

Téhéran met en garde

La pression s’accentuait sur l’Iran lundi, après l’attaque meurtrière contre un pétrolier géré par un milliardaire israélien en mer d’Oman, les Etats-Unis promettant une “réponse collective” malgré les dénégations de Téhéran.

Le Royaume-Uni, la Roumanie et Israël font partie des alliés avec lesquels Washington se coordonnait lundi, a précisé Antony Blinken.

“Il y aura une réponse collective”, a déclaré le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken qui a affirmé que les Etats-Unis étaient “certains que l’Iran avait mené l’attaque

Les autorités iraniennes ont démenti dimanche tout lien avec l’attaque, survenue jeudi contre le pétrolier Mercer Street, géré par la société du milliardaire israélien Eyal Ofer et cible selon Washington de “drones explosifs”.

L’Iran a quant à lui averti lundi qu’il riposterait à tout “aventurisme” après les menaces d’Israël et des Etats-Unis.

“La République islamique d’Iran n’hésitera pas à protéger sa sécurité et ses intérêts nationaux”, a averti le porte-parole des Affaires étrangères iraniennes Saïd Khatibzadeh dans un communiqué.

Elle “répondra immédiatement et de manière décisive à tout aventurisme”, a-t-il dit.

Au lendemain de l’attaque, le ministre israélien des Affaires étrangères Yaïr Lapid a accusé l’Iran d’être “un exportateur de terrorisme, de destruction et d’instabilité qui fait mal à tout le monde”.

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, a renchéri lundi devant la Knesset. C’est exactement pour cette raison que nous devons agir maintenant face à l’Iran. Ce n’est pas une menace future, mais un danger concret et immédiat, a-t-il jugé.

Le régime sioniste doit cesser de lancer de telles accusations infondées, a rétorqué Saïd Khatibzadeh. S’ils ont des preuves pour soutenir leurs affirmations infondées, ils devraient les fournir, a dit lundi Saïd Khatibzadeh, reprochant à Londres et Washington de garder le silence s’agissant des attaques terroristes visant les navires commerciaux iraniens.

Mais le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, a insisté sur la responsabilité iranienne affirmant que son pays détenait des “preuves”.

De même, le secrétaire d’Etat Antony Blinken a affirmé que les Etats-Unis étaient certains que l’Iran avait mené l’attaque.

Ces nouvelles fortes tensions surviennent à la veille de l’entrée en fonctions du nouveau président en Iran, l’ultraconservateur Ebrahim Raïssi, qui succède au modéré Hassan Rohani.

par: Arab Observer 



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page