La prolongation du traité New Start est entré en vigueur

À l’issue d’un échange de notes appropriées et après des «procédures nécessaires», l’accord sur la prolongation du traité New Start est entré en vigueur ce 3 février, a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

«Le 3 février, un échange de notes s’est tenu entre le ministère russe des Affaires étrangères et l’ambassade des États-Unis sur l’achèvement des procédures internes nécessaires à l’entrée en vigueur de l’accord sur la prolongation du traité de réduction des armes stratégiques. L’accord est entré en vigueur le même jour», indique le ministère dans un communiqué.
Il ajoute que «le traité sera applicable tel qu’il a été signé, sans modifications ni compléments, jusqu’au 5 février 2026».

«Le rôle primordial dans la signature de cet accord revient à l’entretien téléphonique du 26 janvier entre les Présidents Vladimir Poutine et Joe Biden», souligne encore le communiqué.

Antony Blinken a expliqué que la prolongation de New Start offrait un répit pour tenter d’encadrer “l’ensemble des armes nucléaires” avec la Russie, mais aussi pour tenter de “réduire les dangers posés par l’arsenal nucléaire moderne et grandissant de la Chine” — un objectif affiché en vain par Donald Trump.

Surtout, l’accord sur New Start n’empêche pas d’avoir “les yeux grands ouverts sur les défis que pose la Russie aux Etats-Unis et au monde”, a assuré le secrétaire d’Etat américain.

La diplomatie russe a prévenu, dans un communiqué, qu’il faudrait des “efforts significatifs” pour remettre sur les rails le dialogue entre les deux puissances adversaires sur ces sujets.

“C’est un début… Maintenant commence la tâche difficile pour la gestion des relations américano-russes”, qui sont au plus bas depuis la fin de la Guerre froide il y a trente ans, a en effet résumé sur Twitter l’ex-diplomate américain Brett Bruen, qui dirige une société de conseil.

Le traité New Start a été signé en 2010 pour expirer le 5 février 2021. L’ex-Président Donald Trump l’avait qualifié de défavorable pour les États-Unis et a jugé indispensable d’élaborer un nouveau document en faisant participer aux négociations la Chine. L’éventualité d’une prolongation du document était évoquée, mais sous certaines conditions, notamment au sujet du régime de vérification.

Le traité est entré en vigueur le 5 février 2011 et prévoit que chacun des signataires réduise ses arsenaux nucléaires de manière à ce que, sept ans plus tard et à l’avenir, les quantités totales d’armements ne dépassent pas 700 missiles balistiques intercontinentaux, missiles balistiques à bord de sous-marins et de bombardiers lourds, ainsi que 1.550 ogives et 800 lanceurs déployés et non déployés.

L’extension officielle a été applaudie par le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, qui a estimé que c’était “le début, pas la fin, d’un effort pour renforcer davantage le contrôle international des armements”.

par: Arab Observer



Articles similaires

Bouton retour en haut de la page